×

Inscrivez-vous à notre newsletter


JP Morgan crée l'indice "Volfefe" pour mesurer l'impact des tweets de Trump

Mardi 10 Septembre 2019 - PAR

 

La banque américaine JP Morgan a créé un indice pour mesurer l’impact des tweets de Donald Trump sur les marchés financiers américains.

Les traders savent que le président Donald Trump tweete sur les marchés financiers, souvent de manière imprévisible, mais les analystes de JP Morgan ont maintenant quantifié l'impact de ses tweets, du moins sur le marché des taux américain.

Les tweets de Trump, qui se sont tournés ces derniers mois vers des sujets sensibles aux marchés, tels que le commerce et la politique monétaire, ont de plus en plus chahuté les marchés des taux américains, a déclaré l'analyste Munier Salem dans une note vendredi.

Dans le rapport, qui compte plus de 4 000 mots, les analystes de JP Morgan utilisent des techniques d’apprentissage automatique et leur propre modèle de volatilité pour montrer comment les tweets de 280 caractères du président ont permis de relever les attentes des investisseurs quant aux évolutions à venir du marché des taux américain.

L’indice «Volfefe» nouvellement construit de JP Morgan - un clin d’œil à «covfefe», le mystérieux mot inventé par Trump dans un tweet inachevé en 2017 - analyse un échantillon continu de tweets pour juger de l’effet des remarques du président sur la volatilité.

L’indice peut expliquer une fraction mesurable des mouvements dans les prévisions du marché quant à l’évolution probable des taux, en particulier les taux les plus courts à 2 ans et à 5 ans, ont déclaré les analystes.

Les tweets les plus influents de Trump sur le marché reposent sur le commerce et, dans une moindre mesure, sur la politique monétaire, avec les mots «Chine», «milliards», «produits», «dollars», «droits de douane» et «commerce», en tête de liste.

Les analystes de JP Morgan ont noté que, même si leur analyse actuelle se limitait aux taux d’intérêt américains, un tel exercice était facilement transférable aux marchés des actions ou des devises.

Avec Reuters.

 

Trump
Partage RéSEAUX SOCIAUX