×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse du 12 juillet 2018

Jeudi 12 Juillet 2018 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

*Le Matin. :

- La Commission de l’Union africaine (CUA) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont publié, hier à Addis Abeba, la première édition du rapport "Dynamiques du développement en Afrique". Le rapport affirme que six pays africains ont pratiquement éradiqué l’extrême pauvreté, parmi eux le Maroc. "Au Maroc par exemple, l’initiative nationale pour le développement humain (INDH) lancée en 2005 a aidé les groupes vulnérables à travers le soutien à des activités rémunératrices et des mesures de protection sociale, comme la couverture santé. Fin 2015, environ 8,5 millions d’individus appartenant aux ménages pauvres ou les plus vulnérables du Royaume avaient accès à des services de santé gratuits (ou partiellement gratuits) dans les hôpitaux publics, grâce au régime d’assistance médicale (Ramed) lancé en 2008", rapporte le document. Il cite également l’exonération par les pouvoirs publics des contributions sociales sur une période de 24 mois pour les chômeurs de longue durée participant au programme de formation "Idmaj".

- Le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi, a plaidé, mardi à Tunis, pour un partenariat stratégique maroco-tunisien dans le domaine de l’enseignement supérieur. Lors d’un entretien avec le ministre tunisien de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Selim Khalbouss, il a insisté sur la nécessité de mettre en place une stratégie de coopération et de partenariat aux contours clairs permettant de mettre en œuvre les programmes d’action conclus. Samadi a souligné l’impératif de se regrouper au sein de blocs de recherche scientifique et de lancer des initiatives à même de développer la coopération dans des domaines d’intérêts communs comme la sécurité alimentaire, l’agriculture, les changements climatiques et l’eau.

*Al Bayane. :

- Le Bureau politique du PPS a tenu sa réunion hebdomadaire mardi 10 juillet consacrée à l’ensemble de la situation politique nationale, lors de laquelle le bureau a réitéré sa détermination à asseoir et consolider les bases d’une bonne gouvernance partisane. Il a également adopté une méthode de travail répartie en pôles et basée sur la division des tâches. Il a également appelé les institutions et organisations parallèles à s’ouvrir sur les différentes sensibilités et compétences sociétales.

- Pour 60% des entreprises marocaines, les procédures de passation des marchés publics ne sont pas transparentes et la corruption est monnaie courante, a affirmé Abdellatif Ouammou, coordinateur du groupe d’action progressiste à la Chambre des Conseillers, citant des données du Conseil économique, social et environnemental. Il a toutefois fait remarquer que la situation des marchés publics souffre de la faiblesse de la programmation prévisionnelle et des offres ainsi que du manque de définition des besoins et de l’élaboration des contrats, de même qu’une absence des sanctions et une faiblesse du contrôle.
*L’Economiste. :

- Mauvaise qualité de l’accueil, exigence de chèques de garantie, pratiques frauduleuses, dépassement d’honoraires, facturation excessive… Pour lutter contre cette image qui leur colle à la peau et redorer l’image des cliniques privées, le bureau central de l’Association nationale des cliniques privées (ANCP) a réuni la presse le 9 juillet à Casablanca. Ainsi l’ANCP appelle à l’élargissement du panier de soins pour répondre aux référentiels de bonnes pratiques actualisées. Une revalorisation de la tarification nationale de référence serait indispensable pour permettre un accès fluide aux soins, sans que le patient soit dans l’obligation de financer lui-même les surcoûts. Les membres de l’association bottent en touche face aux accusations portant sur les pratiques frauduleuses, prétextant qu’elles relèvent des prérogatives de l’Ordre des médecins.

- La décision de relever le capital social des organismes de placement collectif en capital (OPCC) de 1 à 3 millions de DHS est très mal accueillie par les professionnels du private equity. Ils estiment que cela instituerait une barrière à l’entrée au secteur et freinerait le développement du capital amorçage. L’activité a beaucoup de mal à décoller. En 2017, les différents fonds n’avaient placé que 296 millions de DHS. La profession espère toujours convaincre l’Autorité des marchés de revoir sa position.

*L’Opinion. :

- Le lancement de l'Observatoire des délais de paiement (ODP) a eu lieu, mardi à Rabat, dans le cadre d'une rencontre entre le ministère de l'Economie et des finances et de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). L'Observatoire a pour objectif de réaliser des analyses d'études basées sur des observations statistiques concernant les pratiques des entreprises en matière des délais de paiement, a expliqué Zineb El Alaoui, chef de service à la Direction des entreprises publiques et de la privatisation (DEPP). Au titre de l'année en cours, l'ODP procédera à la mise en place de son cadre organisationnel et de son secrétariat ainsi qu'à l'élaboration d'un plan de communication. En 2019, l'Observatoire élaborera son premier rapport et renforcera ses actions en matière d'analyse et de suivi des délais de paiement ainsi que les capacités de la DEPP, a-t-elle ajouté.

- Le comité exécutif du Parti de l’Istiqlal a tenu sa réunion hebdomadaire ordinaire lundi 9 juillet, sous la présidence de Nizar Baraka. La réunion a été consacrée à l’évaluation de la visite de terrain de la direction du parti dans les provinces de Nador et d’Al Hoceima, à l’examen de l’évolution de la question de l’intégrité territoriale, de l’action du parti au niveau des provinces du sud ainsi que de la prochaine session du Conseil des inspecteurs du PI.
*Aujourd’hui le Maroc. :

- Les éléments de la police et de la douane au port de Tanger Med ont saisi trois nouveaux fusils de chasse et d'environ 250 cartouches en possession d'un ressortissant subsaharien, a-t-on appris de source bien informée. Détecté à l'aide d'un scanner, ce lot d'armes fabriquées en Russie et de munitions était soigneusement dissimulé à bord d'un camion de transport international, a précisé la même source, ajoutant que le véhicule, qui s'apprêtait à rejoindre le territoire national, était chargé de marchandises en provenance de la France. D'après les premiers éléments de l'enquête, le conducteur du camion, de nationalité sénégalaise, a reçu ce camion de son concitoyen en France pour l’emmener au Sénégal en passant par le territoire marocain.

- L’heure est au bilan pour la Commission nationale de la commande publique (CNCP). Cette dernière a reçu 50 réclamations de la part des concurrents et des titulaires des marchés, depuis son lancement le 19 janvier 2018. Le chiffre a été annoncé par le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani en réponse à une question sur "les marchés publics et l'enjeu de la bonne gouvernance" posée lors de la séance mensuelle de la Chambre des Conseillers consacrée à la politique générale. Il a également fait savoir que la CNCP a renforcé sa position au sein du système des marchés publics, après uniquement 5 mois de son installation, à travers la consécration de la confiance, notant que la commission a également reçu 20 demandes de consultation de la part d'administrations et d'établissements publics, dont la plupart ont reçu des réponses.

*Libération. :

- Le président de l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), George Tsereteli, a souligné la volonté de l'Assemblée de hisser le niveau des relations de partenariat avec le Maroc, considérant le Royaume comme un "modèle à suivre" dans le bassin méditerranéen. Lors d'une réunion tenue au siège du Parlement allemand avec les membres de la Chambre des conseillers Mohamed Bakouri et Abdelkarim El-Hamss, le président de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE a mis en avant la visite effectuée en juin dernier au Maroc par la délégation du Secrétariat général de l'Assemblée parlementaire pour examiner les aspects organisationnels relatifs à la tenue au Maroc de la 18ème session d'automne de l'Assemblée parlementaire. 

- Une importante délégation d'investisseurs marocains et étrangers s’est enquise récemment au port de Tan Tan, des opportunités d’investissement qu’offre la région dans les secteurs de pêche maritime et de tourisme, en marge du 14ème Moussem de Tan-Tan tenu récemment. Lors de cette visite, la délégation qui a participé à la "Green Invest Confernce", a pu découvrir le potentiel de la province notamment dans le secteur de la pêche maritime ainsi que le rôle que joue le port de Tan Tan dans la dynamisation de l’économie dans les secteurs public, privé et aux niveaux national et des provinces du Sud.* Al Ahdath Al Maghribia. :

- La Commission nationale de la commande publique (CNCP) a reçu 50 réclamations de la part des concurrents et des titulaires des marchés, depuis son lancement le 19 janvier 2018, a indiqué, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani. En réponse à une question sur "les marchés publics et l'enjeu de la bonne gouvernance" posée lors de la séance mensuelle de la Chambre des Conseillers consacrée à la politique générale, El Othmani a souligné que la CNCP a renforcé sa position au sein du système des marchés publics, après uniquement 5 mois de son installation, à travers la consécration de la confiance, notant que la commission a reçu 50 réclamations et 20 demandes de consultation de la part d'administrations et d'établissements publics, dont la plupart ont reçu des réponses.

- Le ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a annoncé la création, au titre de l'année scolaire 2018-2019, de 87 établissements scolaires relevant des cycles primaire, secondaire collégial et secondaire qualifiant, dont 37 en milieu rural. En réponse à une question orale à la chambre des représentants sur les préparatifs relatifs à la rentrée scolaire 2018-2019, Amzazi a fait savoir qu'il s'agit de 38 établissements d'enseignement primaire (14 en milieu rural) en sus de 10 écoles communautaires, de 29 établissements d'enseignement secondaire collégial (15 en milieu rural) et de 20 établissements d'enseignement secondaire qualifiant (8 en milieu rural).

*Akhir Saa. :

- Le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, a indiqué que la demande intérieure devrait enregistrer en 2018 un accroissement de 3,5%, soit une contribution à la croissance économique de 3,8 points contre 3,6 en 2017. Lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de la situation macro-économique nationale en 2018 et ses perspectives en 2019, Lahlimi a souligné que le rythme d’accroissement des exportations se maintiendrait à 6,9% en 2018 contre 10,9% en 2017, tandis que les importations en volume devraient s’accroitre de 7,1% contre 7,4% une année auparavant. Dans ces conditions, la contribution des échanges extérieurs à la croissance économique resterait négative de l’ordre de 0,3 points en 2018 contre 0,5 en 2017.

- Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, s’est entretenu, mardi à Pékin, avec le Conseiller d'Etat, Ministre des affaires étrangères de la République Populaire de Chine, Wang Yi, au sujet du suivi de la mise en œuvre du Partenariat Stratégique signé en mai 2016 par SM le Roi Mohammed VI et le Président chinois, Xi Jinping. L’entretien, qui s’est déroulé en marge des travaux de la 8ème réunion ministérielle du Forum Sino-Arabe, a également porté sur l'adhésion du Maroc à l'initiative "Ceinture et Route". Les deux parties ont souligné que, grâce à la volonté des deux chefs d’Etats, la coopération bilatérale a atteint, sur le plan politique, un niveau d’excellence exceptionnel, caractérisé, notamment par la solidarité, la confiance, le respect et le soutien mutuels sur les questions nationales d’intégrité territoriale et de souveraineté des deux pays, ainsi que par la convergence de vues sur les questions régionales et internationales. *Al Alam. :

- L'économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,9% en 2019 contre 3,1% l’année en cours, selon des prévisions présentées, mardi à Casablanca, par le Haut-commissaire au Plan (HCP), Ahmed Lahlimi Alami. Lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de la situation macro-économique nationale en 2018 et ses perspectives en 2019, Lahlimi a souligné que les perspectives économiques nationales pour 2019 se basent sur des hypothèses afférentes aux nouvelles tendances de l’environnement international, notamment l’évolution des prix des matières premières et de la demande mondiale adressées au Maroc.

- Un communiqué conjoint du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a indiqué qu'à ce jour 87.000 éleveurs engraisseurs ont été enregistrés et 2.400.000 têtes d’ovins identifiées dans l’objectif d’atteindre 6.000.000 de têtes bouclées avant Aïd Al Adha, et ce dans le cadre des préparatifs de Aïd Al Adha et en rapport avec les mesures préventives entreprises pour circonscrire et parer à d'éventuels risques sanitaires et économiques liés à certaines pratiques relevées dans l’engraissement du cheptel destiné à l’abattage. Ces campagnes de communication ont été lancées pour accompagner ce dispositif, a précisé la même source, faisant savoir que 20 souks mobiles "temporaires" seraient aménagés pour la vente des animaux destinés à l’abattage le jour de l’Aïd.
*Al Massae. :

- Au moment où il fait pression pour augmenter le nombre de postes budgétaires en faveur du secteur, le ministre de la Santé Anas Doukkali se dit prêt à recourir aux différents mécanismes permettant de résoudre le problème des ressources humaines, faisant savoir que la décision de certaines assemblées élues de conclure des partenariats avec le ministère pour recruter des infirmiers serait une des solutions envisagées. Le problème aujourd'hui n’est pas la création de postes, mais d’accepter de travailler dans certaines zones, relève-t-il.

- Le ministère de l’Intérieur et la Gendarmerie royale ont relevé le niveau de la mobilisation visant à circonscrire les produits utilisés dans l’engraissement du cheptel destiné à l’Aid Al Adha, et ce, afin d’éviter la contamination des viandes. Mardi, une réunion a été tenue en présence du ministre en charge de l’Agriculture Aziz Akhannouch, du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb et le général de division, commandant de la Gendarmerie royale, consacrée à la recherche des mesures préventives permettant de maitriser les risques sanitaires liés à l’engraissement du cheptel. 

*Akhbar Alyaoum. :

-Le projet de loi relatif à la réforme des Centres régionaux d'investissement (CRI), mis en place par le ministre de l'Intérieur et qui entrera bientôt dans le processus de l’adoption par le gouvernement et le parlement, va conférer aux walis la présidence du conseil d'administration de ces centres. Le projet va cantonner les présidents des régions aux simples membres au sein du Conseil d’administration, qui sera présidé par le wali et dirigé par un directeur général.

-L’association nationale des cliniques privées (ANCP) a fait savoir que le secteur privé de la santé accueille 90% des patients bénéficiant de la couverture médicale, et prend en charge environ 60% des patients au Maroc. Le secteur met à la disposition des malades quelque 9.600 lits, outre les capacités techniques et les équipements biomédicaux modernes disponibles dans les cliniques, qui contribuent à répondre au mieux aux besoins des patients. Le président de l’ANCP, Redouane Semlali a indiqué, lors d’une conférence de presse à Casablanca, que le secteur privé enregistre des performances de très bonne qualité au service des citoyens, et participe à l’amélioration du système de la santé. Semlali a précisé toutefois que l'ambition de l'association n’est pas accompagnée d'un régime d’assurance médicale, adopté depuis 10 ans, notant que la tarification nationale de référence ne permet plus de garantir une prise en charge avec la qualité requise.
*Rissalat Al Oumma. :

- Le Maroc, un des principaux pays producteurs de poissons. Il est le 13e producteur mondial de poisson, selon le rapport 2018 de la FAO sur "La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture". En 2016, les prises du Royaume ont été estimées à 1,4 million de tonnes, soit une hausse de 6% par rapport à 2015. La production du Maroc s’accroitrait de 18,1%, pour atteindre environ 2.712.000 tonnes en 2030, prévoit la FAO.

- Le Maroc occupe la 76ème place sur une liste de 126 économies évaluées, selon l’indice mondial 2018 de l’innovation (GII), publié par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, l’Université Cornell et l’INSEAD. Le Royaume enregistre une performance positive du ratio d’efficacité de l’innovation, qui traduit la capacité à transformer les investissements dans l’innovation à des produits et services innovants, passant de la 71ème place en 2017 à la 65ème place en 2018 dans le classement de ce ratio.

*Bayane Alyaoum. :

- Aicha Lablaq, présidente du groupement PPS à la Chambre des représentants, a souligné le rôle fondamental du rôle du Conseil de la concurrence, qui devrait remplir sa mission afin de mettre un terme au monopole et au trafic d’influence, jugeant inadmissible que des sociétés gagnent des bénéfices nettes de plus de 94%. Dans une réplique lors d’une séance à la Chambre des représentants consacrée à l’examen du rapport de la mission d’information sur les carburants, Lablaq a affirmé que le gouvernement demeure responsable du suivi et du contrôle du processus de la libéralisation des prix des carburants, l’appelant à intervenir pour déterminer un maximum de bénéfice pour ainsi sauvegarder le pouvoir d’achat des ménages.

- La Fondation Mohammed V pour la Solidarité et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) ont signé un mémorandum d’accord de coopération pour la promotion de l’éducation et des droits de l’enfant au Maroc, indique un communiqué conjoint de la Fondation et l'UNICEF. Inscrit dans le cadre du programme de coopération entre le Royaume du Maroc et l’UNICEF pour la période 2017-2021, le mémorandum intervient dans un contexte de concrétisation des projets menés par la Fondation en faveur de l’épanouissement des jeunes, de leur éducation, en particulier en matière d’enseignement fondamental et de préscolaire ainsi que la promotion de la formation dans les métiers liés à la petite enfance.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

- Rakiya Edderham, secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur, s'est entretenue, lundi à Genève, avec Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED. Selon un communiqué de son département, cette rencontre s'est tenue en marge de la troisième session du Groupe intergouvernemental d'experts du droit et de la politique de la protection du consommateur qui se tient les 9 et 10 juillet à Genève. Edderham a mis l'accent sur l'intérêt particulier qu'accorde le Maroc au renforcement de la coopération avec la CNUCED. Elle a souligné la nécessité de consolider la coopération entre cette institution et les autres organisations internationales afin de mettre en place des stratégies cohérentes en matière de développement, et d'adopter une nouvelle approche globale et intégrée du multilatéralisme, en particulier eu égard au nouveau contexte international marqué par le retour des tendances protectionnistes.

- Le ministre délégué chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique, Mohamed Benabdelkader, s’est entretenu avec Mari Kiviniemi, secrétaire générale adjointe de l'OCDE. La réunion a été axée sur les moyens de renforcer les liens de coopération entre le ministère et l’Organisation dans les domaines à intérêt commun, notamment le projet de diagnostic de l’intégrité, le gouvernement ouvert, la bonne gouvernance dans la région Mena ainsi que la participation du Maroc aux travaux du comité de la gouvernance publique.

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation