×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 17 octobre 2019

Jeudi 17 Octobre 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Le Matin :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI a accordé Sa grâce à Mlle Hajar Raissouni, condamnée à une peine de prison et qui fait toujours l’objet de poursuites judiciaires, indique un communiqué du Ministère de la justice. Cette grâce Royale s’inscrit dans le cadre de la compassion et la clémence reconnues au Souverain et du souci de SM le Roi de préserver l’avenir des deux fiancés qui comptaient fonder une famille conformément aux préceptes religieux et à la loi, malgré l’erreur qu’ils auraient commise et qui a conduit à cette poursuite judiciaire, ajoute le communiqué. Dans ce même contexte, SM le Roi a bien voulu accorder Sa grâce au fiancé de Hajar Raissouni et à l’équipe médicale poursuivie dans cette affaire.

• Le Gabon a affirmé devant la 4ème Commission de l’ONU, que l’initiative d’autonomie constitue "la solution de compromis essentiel" à la résolution du différend autour du Sahara marocain. "Le Gabon salue et encourage l’initiative marocaine d’autonomie qui présente des perspectives crédibles, permettant non seulement de mettre fin à l’impasse actuelle mais aussi de parvenir à une solution politique négociée", a souligné, à cette occasion, l'ambassadeur Représentant permanent adjoint du Gabon à l'ONU. Les résolutions du Conseil de sécurité, a-t-il rappelé, qualifient l'initiative marocaine de crédible, pragmatique et conforme au droit international tout en tenant compte des spécificités régionales et de la nécessité d’impliquer les populations locales. "Alors que la région du Sahel est marquée par des défis sécuritaires, il nous faut œuvrer en faveur d’un règlement politique rapide de ce différend régional qui compromet la coopération entre les Etats de la région", a-t-il insisté.

L’Economiste :

• Peu de gens le savent, mais les parents dont les enfants poursuivent des études à l'étranger peuvent acquérir un appartement dans leur pays de résidence. En effet, en raison du montant du bail dépassant parfois celui d'une traite mensuelle, certaines personnes préfèrent acquérir un logement plutôt que de louer. Ce qui permet de réaliser des économies et peut-être une plus-value par la même occasion. La mesure n'est pas codifiée dans l'instruction générale de l'Office des changes, publiée en janvier 2019, mais elle peut être accordée au cas par cas sous forme de dérogation assortie de quelques conditions. Par ailleurs, les Marocains sont en tête des acquéreurs des biens immobiliers en Espagne, selon les données publiées en 2018 par le Centre d'information des transactions notariales espagnol, hors ressortissants de l'UE.

• Contrairement à la marge d'intérêts, la croissance des commissions reste très dynamique dans les revenus des banques. Avec un taux de bancarisation aux alentours de 40%, leurs efforts pour conquérir de nouveaux clients paient. Le développement de l'offre, l'amélioration de l'équipement des clients et la bancassurance soutiennent aussi le dynamisme des commissions. Ce sur quoi les banques s'étalent moins, ce sont les tarifs qui ont significativement augmenté ces dernières années, surtout en 2016 et 2017. Les prix se sont renchéris de 6,7% en moyenne sur ces deux années. A l'origine de ces fluctuations brutales, très décalées de l'inflation, il y a les ajustements tarifaires opérés sur les packages. En 2018, l'envolée des tarifs bancaires s'est estompée avec une hausse contenue à 0,6%. 

Aujourd’hui le Maroc :

• Les premiers détails du PLF 2020 sont connus. Fait marquant, il semble ainsi que le gouvernement a décidé de s'inscrire dans la même lignée des budgets précédents, à savoir l'appui aux secteurs sociaux. C'est ce qui ressort des premiers chiffres ayant filtré. C'est le cas notamment pour la Caisse de compensation avec une enveloppe budgétaire estimée à 14.6 milliards de dirhams. Concernant la création d'emploi, le gouvernement tablerait dans le cadre du prochain budget sur la création de plus de 28.000 postes budgétaires, un chiffre en hausse par rapport à l'année en cours pour faire face au départ important à la retraite des fonctionnaires. L'effort d'emploi continue dans le secteur de l'enseignement avec quelque 15.000 postes pour les Académies régionales de l'éducation et de la formation. Le secteur de la santé devrait hériter, quant à lui, de 4.000 postes budgétaires répartis entre médecins, infirmiers et personnel.

• Les dons d'organes sont toujours monnaie rare au Maroc alors que pour de nombreux patients gravement malades la greffe constitue l'unique solution pour survivre. Malgré une évolution du nombre de greffes ces dernières années, celles-ci restent dérisoires. Le Pr Benyounes Ramdani, chef de service néphrologie au CHU Ibn Rochd de Casablanca, déplore le manque cruel de dons d’organes et l'absence de communication et de sensibilisation. Les greffes pratiquées à partir de donneurs en état de mort encéphalique sont rares. En revanche, les greffes à partir de donneurs vivants sont plus nombreuses. Le Pr Ramdani encourage la greffe qui permet une économie d'argent et offre une meilleure qualité de vie que la dialyse. Selon ce dernier, 30.000 patients sont dialysés au Maroc alors que seulement 300 personnes sont inscrites pour une greffe.

Al Bayane :

• Le Bureau politique du PPS, réuni mardi, a appelé le gouvernement à présenter devant le parlement et l'opinion publique nationale une déclaration politique et programmatique, conformément aux dispositions constitutionnelles. Cette déclaration politique, poursuit la même source, serait à même de répondre aux appels incessants émis par les différentes forces de la société, dont le PPS et dont la finalité est d'insuffler un nouveau souffle dans la vie publique nationale et d’œuvrer pour présenter des réponses concrètes aux expressions d'inquiétude au sein de la société. « Cela passe notamment à travers l'élaboration d'une orientation économique susceptible de renforcer l'appareil productif national et de croître les richesses, sans omettre que la situation requiert une révision des mécanismes de promotion de la justice sociale et spatiale », a expliqué le bureau politique du parti du livre.

• Le Yémen a exprimé devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien aux efforts déployés par le Maroc en vue "d'aboutir à une solution politique juste, durable et consensuelle" au différend régional autour du Sahara marocain. Intervenant à cette occasion, le représentant du Yémen a salué les efforts menés par le Secrétaire général des Nations-Unies et son Envoyé personnel pour le Sahara, tout en exprimant le soutien de son pays au processus visant à parvenir à une solution politique réaliste et durable à la question du Sahara, sur la base du compromis, en application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité depuis 2007. De même, le représentant du Yémen s'est réjoui de la tenue des deux tables rondes de Genève avec la participation du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du polisario, se félicitant de l'engagement des parties à se réunir dans le cadre d'une troisième table ronde, comme stipulé dans la résolution 2468 du Conseil de sécurité.

L’Opinion :

• Le Groupe de travail thématique chargé de l'évaluation des politiques publiques relatives à l'enseignement préscolaire à la chambre des représentants s'est réuni mardi avec les directeurs des académies régionales d’éducation et de formation (AREF), pour recueillir les données et documents relatifs au sujet. Les critères de l’évaluation dimensionnelle ont été déterminés de façon à ce que les politiques soient en harmonie avec les besoins de la petite enfance au Maroc, le cadre normatif international, ainsi que l'effectivité et l'efficacité de l'application matérielle des projets et la coordination horizontale et verticale de la gouvernance institutionnelle et des mécanismes d’exécution, a indiqué la présidente de ce groupe de travail, Ghita Badroun, en mettant l'accent sur la nécessité de la continuité et de la pérennité des réalisations de ces programmes et politiques.

• Le rideau est tombé, mardi à Doha, sur la 5è édition du prix Katara du roman arabe, avec l'annonce de la liste des lauréats dans les différentes catégories, dont l'écrivaine et romancière marocaine Aicha Ammour et le critique marocain Mohammed Yaouti. Dans la catégorie des romans arabes non publiés, le prix a été remporté par Aicha Ammour pour son roman "Hayat Bil Abyad wal Aswad" (Une vie en noir et blanc), à côté de l'Algérien Salmi Nasser, de l'Egyptien Abdelmoumen Ahmed Abdelaal, de l'Irakien Wared Badr Salem et de la Syrienne Wafae Allouch. Dans le concours des études et recherches non publiées, le Marocain Mohammed Yaouti a été primé pour une étude sur le discours romancier, le roman "Al Maghariba" d'Abdelkerim Jouiti comme modèle.

Libération :

• Le démarrage de la Cité des métiers et des compétences (CMC) dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra aura lieu en septembre 2021, a annoncé la directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), Loubna Tricha. Le terrain sur lequel sera bâti cette cité a déjà été retenu et les travaux de construction débuteront en avril 2020, a affirmé Tricha qui intervenait lors d’un workshop régional à Laâyoune destiné à la présentation de la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle. L’offre de formation, qui sera dispensée dans cette cité faisant partie des 12 CMC qui seront installées progressivement chacune dans une région du Royaume, s’articulera autour de 6 pôles d’activités économiques porteurs d’opportunités d’emploi et accueillera 2.000 stagiaires. Ces pôles concernent les pêches maritimes, le transport et logistique, le numérique et l’offshoring, outre les métiers de la santé, l’artisanat, la gestion et le management, a-t-elle précisé.

• Un total de 13 personnes ont trouvé la mort et 2.076 autres ont été blessées, dont 86 grièvement, dans 1.553 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 07 au 13 octobre, a indiqué mardi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Ces accidents sont dus, respectivement, à l'inadvertance des conducteurs, au non-respect de la priorité, à l'inadvertance des piétons, à l'excès de vitesse, au non-respect de la distance de sécurité, au non-respect du stop, à la perte de contrôle, au changement de direction non-autorisé et au changement de direction sans usage de signal, à la circulation sur la voie de gauche, à la conduite en état d'ébriété, à la circulation en sens interdit, au dépassement défectueux et au non-respect des feux de signalisation, a précisé la DGSN dans un communiqué.

Akhbar Al Yaoum :

• Le secrétaire général du ministère de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Abou Saleh, a indiqué qu'il est primordial de faire émerger des villes intelligentes, durables et innovantes qui soient capables de digérer les progrès incessants des nouvelles technologies de l'information et de la communication en vue de faciliter la vie des citoyens en répondant à leurs besoins dans le long terme. Les villes intelligentes, qui sont basées sur des infrastructures de télécommunications performantes, sont appelées à offrir des services électroniques interactifs dans divers domaines et doivent être capables de résoudre les problèmes qui découlent d'une croissance urbaine incontrôlée, à travers notamment l'encouragement de l'innovation aux niveaux du transport, de la construction et de la santé publique, a-t-il affirmé à l'ouverture de la 5ème Conférence internationale des villes intelligentes "ISC2-2019".

• Le directeur général de l'ONDA, Zouhair Mohamed El Aoufir, a présenté à Accra, l’expérience du Maroc en matière de transformation numérique dans les aéroports du Royaume. "L’ONDA travaille sur un outil qui consiste à traiter l’ensemble des données disponibles pour avoir une visibilité sur l’évolution du trafic passagers afin d’assurer une meilleure optimisation des ressources", a fait savoir El Aoufir, lors d’un panel sur les défis du développement du trafic et du manque de capacité, en marge de la 28ème Assemblée générale annuelle de la section Afrique du Conseil international des aéroports (ACI). Cet outil permet d’apporter une réponse pertinente pour assurer une meilleure adéquation entre les flux et les ressources nécessaires, a-t-il précisé.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Un total de 108 projets de protection contre les inondations ont été financés à hauteur de 1,800 milliard de DH depuis 2015, a indiqué le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Noureddine Boutayeb. En réponse à une question orale sur "les mesures de prévention des dégâts humains liés aux crues des oueds" présentée par le groupe socialiste à la Chambre des représentants, Boutayeb a souligné que le ministère de l'Intérieur œuvre selon une approche préventive fondée sur le mécanisme de veille, de contrôle et de suivi, mais aussi sur l'alerte aux risques et la sensibilisation. Ces démarches font partie des missions principales du ministère en vue d'assurer la protection des vies et des biens, notamment contre les risques de catastrophes naturelles, a-t-il dit.

• De par son positionnement géographique et ses relations privilégiées avec l’Europe et l’Afrique, le Maroc joue un rôle d’interface stratégique entre les deux continents, a-t-on souligné lors d’une rencontre-débat sur "La place du Maroc dans le partenariat Europe-Afrique", organisée à Neuilly-sur-Seine, une commune limitrophe de la ville de Paris. La rencontre, qui s’est tenue à l’initiative du Cercle International de Neuilly, une structure réunissant des ambassadeurs et des diplomates français et étrangers, ainsi que des responsables politiques, économiques et universitaires ayant un lien avec cette commune du département des Hauts-de-Seine, en région Île-de-France, a réuni des personnalités du monde de la politique, de la diplomatie et de l’Economie françaises et internationales.

Bayane Al Yaoum :

• Un Groupe d'amitié parlementaire Mexique-Maroc, qui vise à renforcer la coopération interparlementaire et le rapprochement entre les deux pays, vient de voir le jour au sein de la Chambre des députés mexicaine. La création de ce groupe, présidé par la députée du Parti de gauche Morena (au pouvoir), Maria del Carmen Bautista Peláez, a été annoncée officiellement, mardi lors d'une cérémonie organisée à la Chambre des députés, pour l'installation des membres du groupe. A cette occasion, Bautista Peláez a affirmé que le Groupe d'amitié s'engage à œuvrer pour le renforcement des relations entre les parlements des deux pays et à faire connaître le développement politique, économique et social que connaissent le Maroc et le Mexique. Pour sa part, l'ambassadeur du Royaume au Mexique a salué la création de ce groupe parlementaire, qui constitue une étape importante dans le processus de renforcement des relations entre les deux pays.

• En guise de protestation, la coordination nationale des enseignants contractuels a annoncé une grève nationale de 48h, à partir du 23 octobre. Dans un communiqué adressé au ministère de l’Education nationale et aux responsables des Académies, la coordination dénonce "la gestion irrationnelle des ressources humaines, surtout que le redéploiement des enseignants-cadres des AREFs a été entaché par d’innombrables infractions". Alors que le nombre d’élèves connait une hausse fulgurante dans certains établissements scolaires, plusieurs professeurs sont toujours sans classes, a souligné la coordination, déplorant que les directeurs de certains établissements scolaires ont fait appel aux professeurs pour occuper des postes administratifs.

Rissalat Al Oumma : • Sur les 4 dernières années, le Maroc a amélioré sa position en matière de gouvernance, indique le dernier rapport sur la gouvernance en Afrique publié par la Fondation Mo Ibrahim. L'Indice Ibrahim pour la gouvernance en Afrique (IIAG) souligne ainsi les bonnes performances du Royaume sur le plan continental. S'agissant des opportunités de développement économique durable, le Maroc s'est classé 3è avec 68.3 points, souligne le rapport qui fait état d'une progression annuelle de 0.5 points en matière de transparence. L’IIAG prend en compte plusieurs critères, notamment, les infrastructures, les opportunités économiques durables, les droits de l’homme, l’enseignement et la santé.

• Les coprésidents de la Fondation BMCE Bank, Othman et Leila Benjelloun, recevront le 12 novembre prochain, à Washington, un prix pour "personnalités visionnaires" attribué par le centre de recherche américain Middle East Institute (MEI). Le Visionary Award récompense une personne ou une organisation pour "son travail remarquable et avant-gardiste à même de promouvoir la paix et la stabilité dans la région du Moyen Orient et d'Afrique du Nord". Selon les organisateurs, le prix sera remis aux coprésidents de la Fondation BMCE Bank en reconnaissance de leur action, depuis près de 30 ans, dans les domaines de la lutte contre l'analphabétisme et la pauvreté au Maroc notamment en milieu rural. "Ensemble, Othman Benjelloun et son épouse ont créé et financé plus de 100 écoles communautaires rurales à travers le Maroc", lit-on sur le site web de l'Institut basé dans la capitale fédérale US.

Al Alam :

• Les relations entre le Maroc et l'Inde sont marquées du sceau de la solidité et de la cordialité, a affirmé à New Delhi, le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, relevant que ces rapports sont appelés à gagner en intensité dans plusieurs domaines de coopération. Le nombre de visites de haut niveau entre les deux pays durant les dernières années renseigne en effet sur le caractère solide et cordial des relations indo-marocaines, a indiqué Jaishankar qui s’exprimait lors d’une rencontre avec une délégation de journalistes marocains en visite en Inde. Il a, en outre, expliqué que la politique étrangère de son pays est animée par la volonté d’entretenir de bons rapports avec les autres pays du monde, notant que dans cette perspective, New Delhi tient à resserrer ses relations de coopération avec Rabat.

• Le comité exécutif du PI a appelé le gouvernement à élaborer des plans d'investissements et de développements bien définis, à l'échelle nationale et locale. Il a également invité l'Exécutif à présenter un nouveau programme gouvernemental en vue de relever les défis de développement et permettre au Maroc de s'inscrire dans une nouvelle ère de réformes, de projets et de stratégies.

Al Ahdath Almaghribia :

• Le Conseil Économique et Social des Nations-Unies (ECOSOC) a réélu par acclamation, l’ambassadeur Omar Hilale, représentant permanent du Maroc, en tant que vice-président du Conseil et président de son segment humanitaire pour le cycle 2020. Cette réélection pour un deuxième mandat consécutif, une première dans les annales de l’ECOSOC, est l’illustration du patrimoine de crédibilité et de confiance dont jouit le Royaume, en particulier parmi le Groupe africain, qui l’a nommé à ce poste. Cette reconduction pour une année supplémentaire à la tête du Segment humanitaire de l’ECOSOC représente également une consécration et une reconnaissance des réussites unanimement saluées que le Maroc a réalisées durant le cycle 2019.

• A partir de mercredi, les prix du carburant au Maroc ont reculé . Le prix du gasoil a ainsi baissé d'environ 22 centimes/litre, tandis que l’essence Super a régressé de 38 centimes par litre. Le président de la Fédération nationale des propriétaires et gérants des stations-service, Jamal Zrikem, explique cette état de fait par la nouvelle baisse des cours mondiaux du pétrole. De ce fait, le prix du gasoil sera à 9.67 dh/litre, alors que lelitre d'essence sera à 10.97 dh. Les prix varient d'une ville à une autre, selon le coût du transport. "Ce ne sont pas les stations de services qui fixent les prix. Cette tâche relève de la responsabilité des distributeurs, explique Zrikem. Al Massae :

• Après les modifications introduites par le ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration, le PLF 2020 devrait être adopté lors du Conseil du gouvernement de ce jeudi. Lors de cette réunion, le Conseil examinera également les textes accompagnant le PLF 2020. Il s'agit de trois projets de décret relatifs à la délégation du pouvoir au ministre de l'Économie, des Finances et de la Réforme de l'Administration en ce qui concerne les emprunts internes et le recours aux autres moyens de paiement, les financements étrangers et à la conclusion de contrats d'emprunts pour le remboursement de la dette extérieure et aux accords de garantie des risques des taux d'intérêts et de change.

• L'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) vient de lancer une campagne de recrutement inédite au profit des vétérinaires, ingénieurs et techniciens. Cette opération prévoit le recrutement de 130 cadres et 157 techniciens, et ce pour renforcer les opérations de contrôle dans les abattoirs et les établissements qui font appel aux contrôleurs de l'Office. Cette campagne de recrutement intervient quelques semaines après la publication du rapport de la Cour des comptes, qui s'est arrêté sur le mode de gestion de l'ONSSA. 

Avec MAP.

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX