×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Industrialisation de l’Afrique : La BAD mobilisera 35 milliards de dollars sur les dix prochaines années

Mardi 22 Mai 2018 - PAR

Le Groupe banque africaine de développement (BAD) mobilisera un montant de 35 milliards de dollars sur les dix prochaines années pour accompagner l'industrialisation de l’Afrique, a annoncé, lundi à Busan, (Corée du sud), son président, Akinwumi Adesina (Photo).

"Nous sommes convaincus que la création de la valeur ajoutée pour les économies africaines passe par l’industrialisation. C’est pour cette raison que la BAD compte investir 3,5 milliards de dollars par an durant les dix prochaines années", a dit M. Adesina lors d’une conférence de presse, organisée en marge des Assemblées annuelles 2018 de la BAD. 

L’industrialisation, devenue désormais une nécessité pour l’Afrique afin de sortir de la pauvreté, repose sur trois conditions préalables, à savoir "un leadership politique clair et assumé", "un investissement massif dans les infrastructures" et "le renforcement des ressources humaines" en misant sur les sciences, les nouvelles technologies et l’innovation, a-t-il expliqué.

Le président de la BAD a dans ce sens, pointé de doigt la volatilité des prix des matières premières enregistrée ces dernières années qui, selon lui, a pénalisé plusieurs pays africains. "Elle nous a convaincus de l’urgence à diversifier nos économies, notamment par la transformation sur place de nos matières premières", a-t-il poursuivi.

A cet effet, M. Adesina a souligné l’importance de s’inspirer des modèles de réussites industrielles des autres pays, citant à cet effet, l’exemple de la Corée du sud qui présentait il y a cinquante ans les mêmes réalités économiques de plusieurs pays africains, alors qu’actuellement elle se positionne dans le rang des grandes puissances industrielles du monde. 

En outre, il a soulevé la question de la formation, estimant qu'il est nécessaire de "sortir rapidement d'une université africaine qui forme des chômeurs" pour se diriger vers des institutions universitaires qui forment des profils adaptés aux exigences et besoins du marché du travail".

"Nous avons besoin de faire de l’Afrique un hub mondial du savoir" afin de réussir la 4ème révolution industrielle, a dit M. Adesina, relevant que cela suppose d'investir davantage dans les hautes technologies, l’intelligence artificielle ainsi que l’informatique de pointe.

Environ 580 millions de jeunes africains sont en effet attendus sur le marché de l’emploi d’ici à 2050, a avancé M. Adesina, précisant que seule l'industrialisation du continent permet de relever ce défi. 

Les Assemblées annuelles 2018 de la BAD, qui se tiennent jusqu'au 25 mai sous le thème "Accélérer l'industrialisation de l'Afrique", constituent une occasion pour les responsables issus des différents pays du continent afin d’échanger entre eux et avec les responsables sud-coréens sur cette thématique. 


 

MAP.

BAD
Partage RéSEAUX SOCIAUX