×

Inscrivez-vous à notre newsletter


La Banque du Canada: statu quo sur le taux directeur

Mercredi 12 Avril 2017 - PAR

La Banque du Canada a annoncé, mercredi, qu'elle maintient inchangé son taux directeur à 0,5 pc, estimant que la politique monétaire actuelle est encore appropriée. 

"Le Conseil de direction de la Banque reconnaît la robustesse des données récentes, qui est temporaire dans certains cas, et tient compte des incertitudes considérables pesant sur les perspectives" pour ne pas modifier le taux directeur, a expliqué la Banque centrale canadienne dans un communiqué. 

Elle a, en outre, fait savoir que la croissance économique au pays a été plus rapide que prévu, soulignant que cette croissance a été stimulée de façon temporaire par une reprise des dépenses dans le secteur pétrolier et gazier et les effets de l’Allocation canadienne pour enfants sur les dépenses de consommation. 

Quant à l’investissement résidentiel, il a aussi été plus vigoureux qu’escompté, alors que les données sur l’emploi ont été robustes, quoique les gains au chapitre des heures travaillées demeurent modestes, explique la même source. 

Cependant, l’institution bancaire demeure prudente face aux perspectives économiques canadiennes. 

Dans ce sens, elle a indiqué que la croissance des exportations a été inégale face aux défis qui subsistent sur le plan de la compétitivité, relevant que malgré une amélioration récente de la confiance, les investissements des entreprises demeurent bien inférieurs à ce qu’on pourrait attendre à ce stade de la reprise. 

"Par conséquent, bien que le redressement du PIB observé dernièrement soit encourageant, il est trop tôt pour conclure que l’économie suit une trajectoire de croissance soutenable", a-t-elle précisé.

Pendant le reste de l’année en cours et en 2018 et 2019, la croissance au Canada devrait se modérer mais rester supérieure à celle de la production potentielle, a noté la Banque centrale, signalant que parallèlement, sa composition devrait se diversifier à mesure que le rythme des dépenses des ménages, en particulier l’investissement résidentiel, ralentira, alors que la contribution des exportations et des investissements des entreprises augmentera. 

Dans ce cadre, elle prévoit que la croissance du PIB réel s’établira à 2,5 pc en 2017 et à un peu moins de 2 pc en 2018 et en 2019. 

Par ailleurs, la Banque du Canada a affirmé que la croissance de l’économie mondiale se raffermit, ajoutant que les moteurs de croissance demeurent solides aux Etats-Unis

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation