×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Fiche technique : les indicateurs de tendance

Mardi 10 Novembre 2015 - PAR bourse news

Fiche technique n°3 : Les indicateurs de tendance

  • Moyennes mobiles :

La méthode des « moyennes mobiles » est l’une des plus anciennes et plus pratiquées dans le domaine de l’analyse technique. Le principe se veut comme suit : les courbes de moyennes mobiles sont superposées à un graphique en bâtons ou en chandeliers japonais ou encore à une courbe continue de cours. Afin de mieux comprendre :

  • C’est quoi une moyenne mobile ?

Il s’agit d’une moyenne reposant sur un nombre donné de clôtures. Les plus utilisées sont la MM20 (court terme), 50 (moyen terme) ou 200 (long terme).

  • Utilisation de la moyenne mobile seule :

La courbe de moyenne mobile étant censée représenter la tendance que suivent les cours, l’opérateur prendra position dans le sens d’évolution de la moyenne, pour jouer la tendance. On l’aura compris, il jouera la hausse aussi longtemps que la moyenne grimpera (ou la baisse tant que la moyenne diminue).

A RETENIR : le but de cette méthode est d’identifier les tendances et d’essayer d’accumuler quelque profit en jouant la tendance repérée.

  • Moyenne mobile et courbe de cours :

La nécessité est de repérer les croisements entre la moyenne mobile et les cours. Ceci étant, deux signaux de base sont donc faciles à expliciter :

  • Acheter quand des cours en hausse traversent la moyenne mobile

  • Vendre quand des cours en baisse traversent la moyenne mobile

 

  • Moyenne mobile et support-résistance :

La moyenne mobile peut effectivement servir de repérer des zones de support-résistance. Ainsi, quand les cours évoluent au-dessus de la courbe de moyenne mobile et quand ils se rapprochent de ladite moyenne, on peut s’attendre à ce que la moyenne soutienne les cours. Si tel n’est pas le cas, alors le signal de retournement est donné.

  • Croisement entre les moyennes mobiles :

Repérer les croisements entre deux moyennes mobiles constitue un fort signal : le croisement de la MM courte au dessus de la MM plus longue déclenche un signal d’achat et inversement le croisement de la MM longue au dessus de la MM plus courte déclenche un signal de vente.  

 

Exemple : 

 

  • MACD (Moving Average Convergence Divergence)

Lorsque la moyenne mobile n’est pas plate et qu’elle est orientée à la hausse ou à la baisse, c’est l’indicateur MACD qui est privilégié.

  • Formule et paramètres :

C’est une différence de deux moyennes mobiles. La moyenne mobile du MACD s’appelle le signal. 

  • Comment lire le MACD ?

La lecture consiste à analyser les courbes MACD et le signal. Lorsqu’un croisement est observé, un mouvement en sens inverse, plus ou moins puissant, se produit sur les cours.

  • Relations entre un indicateur et sa moyenne mobile :

Les relations entre un indicateur et sa moyenne mobile ne se limitent pas à observer simplement un croisement. D’autres paramètres sont à prendre en considération pour mesurer la puissance du mouvement à venir :

  • La catégorie de croisement qui est lié à l’écart entre l’extrême observé et le moment où se produit le croisement ;

  • Le surachat/survente qui indique un début de mouvement technique (correction/reprise) ;

  • Les divergences haussière et baissière qui indiquent un changement de tendance (à la hausse et à la baisse)  La divergence sera baissière lorsque l’on observe une pente ascendante sur le cours et une pente descendante sur le MACD (retournement à la baisse). Inversement, la tendance sera haussière quand on observe une pente descendante sur le cours et une pente ascendante sur le MACD (retournement à la hausse).

    Exemple :

     

    • Bandes de Bollinger :

    Le principe des bandes Bollinger est de construire une enveloppe autour d’une moyenne mobile qui puisse véritablement envelopper l’évolution des cours. Pour ce faire, le calcul de l’enveloppe utilise la volatilité des cours afin d’intégrer rapidement les changements subits de direction. Grâce à cette grande souplesse, la majorité des cours se retrouvent ainsi à l’intérieur des bandes, comme si le niveau de l’enveloppe représentait chaque jour un point de support ou de résistance quasiment infranchissable.

    En effet, le modèle est composé de trois bandes appelées respectivement bande supérieure, moyenne mobile et bande inférieure de Bollinger. Lorsque les cours se situent au-dessus d’une ou plusieurs bandes, celles-ci servent de résistances. Dans le cas contraire les bandes servent de supports. Pour résumer, les bandes ont trois fonctions différentes :

    • Servir d’objectifs (supports et résistances) ;

    • Déterminer le seuil critique de volatilité ;

    • Mesurer la volatilité (écart entre la bande supérieure et la bande inférieure).

     

     

    Comment lire les bandes de Bollinger ?

     

    • Marché sans tendance :

    Lorsque le marché est sans tendance, les bandes Bollinger sont relativement stables (l’écart-type et la moyenne mobile varient très peu) et représentent de bons seuils de support-résistance et donc d’excellents niveaux d’entrée-sortie sur le marché. La volatilité est donc considérée comme minimale.

    • Marché avec une tendance :

    Quand le marché est en tendance, les niveaux de support-résistance donnés par le système changent tous les jours. Ils sont donc de mauvais indicateurs d’entrée-sortie. Il faut alors utiliser les bandes Bollinger d’une façon différente, comme un indicateur de tendance.  

     

    Exemple:

     

    Important: Il existe un nombre incalculable d'indicateurs de tendance. Nous avons exposé ceux utilisés sur Boursenews dans les debriefs quotidiens. Ce sont les indicateurs les plus utilisés par les praticiens. 

     

     

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation