×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Caisse centrale de garantie : Bientôt plus qu'un simple mécanisme de levier financier

Samedi 28 Octobre 2017 - PAR bourse news

"1 DH investi par l'Etat dans la CCG rapporte 1,5 DH au bout de 5 ans". Hicham Zanati Serghini, Directeur général de la CCG/ Marakkech le 26 octobre. BOURSENEWS


"C'est l'une des meilleures Ccaisses de garantie au monde", disait à son égard cette semaine le ministre des Finances Mohamed Boussaid lors d'une conférence de presse. 

La Caisse centrale de garantie a organisé les 26 et 27 octobre 2017 à Marrakech, la 3ème édition du Forum international sur la garantie institutionnelle dans la région MENA. Beaucoup d'intervenants de différents pays de la région étaient invités pour présenter les meilleures pratiques en matière de garantie institutionnelle en zone MENA et dans le monde. 

Du haut de ses 70 ans d'existence, la CCG est l'une des plus vieilles Caisses de garantie dans la région. Ce véhicule permet aux banques de couvrir des secteurs et des entreprises jugés trop risqués, qui normalement ne peuvent pas bénéficier de crédits. C'est ainsi que la CCG permet indirectement de gonfler les bilans bancaires, sans pour autant faire exploser les risques associés. Un effet de levier que les banques ne manquent d'ailleurs pas de faire jouer : les crédits garantis et cofinancés ainsi que le nombre de TPME financées ont atteint respectivement 39 milliards de DH et 18.000 TPME en 2016, soit le double des objectifs fixés par l'Etat à cette Caisse. L’activité « Particuliers » a, pour sa part, réussi à maintenir le cap et atteindre les objectifs arrêtés, soit 22 milliards de DH de crédits garantis et 112.000 ménages bénéficiaires. De plus, sur les dernières années, la Caisse a fait passer le taux d'indemnisation de 30 à 80% pour le secteur bancaire. 


Lire aussi : Start-up : La Caisse centrale de garantie passe à la vitesse supérieure


Une étude récente menée par le management a démontré que les entreprises accompagnées, dont certaines étaient considérées fragiles, enregistrent des hausses de leurs ventes et des effectifs employés. De plus, Hicham Zanati Serghini, Directeur général de la CCG, a indiqué que chaque DH investi par l'Etat dans la CCG lui rapportait 1,5 DH au bout de 5 ans par des mécanismes de transfert en impôts notamment. Même l'Etat réalise du levier à travers le Caisse. "Au niveau régional ou mondial, aucune étude n'a été menée sur les études d'impact des caisses de garantie sur les populations d'entreprises. Nous travaillons actuellement dans le cadre d'une task-force au sein de la Banque mondiale pour mettre en place des critères globaux. Cela dit, les études menées au Maroc sont concrètes et concluantes, nous dit le DG de la Caisse. 

Au-delà de la garantie 

Créée en 1949, la CCG a connu une première transformation durant les années 90 avant de devenir en 2009 le seul acteur du système national de garantie institutionnelle. 2017 sera également une grande date pour la Caisse. En effet, le 1 novembre la Caisse devrait présenter les sociétés de gestion qui géreront son fonds Inov Ivest. Ce sera un grand pas pour la Caisse dans le domaine du Capital investissement et plus particulièrement le capital-risque et amorçage, parents pauvres de cette industrie financière au Maroc. En investissant de la sorte en Equity, la CCG verra son champ d'intervention démultipliée. Cela coïncidera avec le démarrage en 2018 de son nouveau plan stratégique. Qui sait, peut-être que c'est le moment de changer de nom ou du moins de le faire évoluer pour coller à la réalité de cette banque, bientôt d'investissement.

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation