×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Les fournisseurs d'indices accusés de faire de la "politique"

Mardi 05 Mars 2019 - PAR bourse news

Dans un monde ou l'investissement sur les marchés des capitaux est dominé par la gestion passive, les fournisseurs d'indices, type MSCI, FTSE Russell ou encore S&P sont capables de diriger des milliards de dollars de flux d'investissements étrangers dans des pays plutôt que d'autres. Ils prennent une importance telle que certains les accusent de devenir activistes, voire même d'agir à des fins politiques. 

 

Dans un long article publié sur le sujet, Bloomberg relate l'histoire du ministre des Finances péruvien qui, en septembre 2015,  a soudainement pris l'avion pour New York avec des représentants de la Banque centrale de son pays et de l'autorité de réglementation des valeurs mobilières.

Ce qui a poussé ces responsables péruviens à faire le trajet de huit heures ce sont des rumeurs selon lesquelles MSCI allait retirer le pays sud-américain de son indice largement suivi sur les marchés émergents (MSCI EM). Bien que le Pérou est peu présent dans l'indice MSCI EM, le reclasser comme marché frontalier (occupé par le Vietnam, la Croatie et le Kenya et le Maroc (ndlr), entre autres) aurait créé un déséquilibre financier pour le pays, témoigne aujourd'hui l'ex-ministre. 

Il existe aujourd'hui plus d'indices de référence dans le monde que d'actions individuelles. Une situation expliquée par le souhait de plus en plus important d'avoir des benchmark pour la gestion passive. Ces indices sont bien entendu créateurs de risques systémiques car les investisseurs passifs les répliquent automatiquement. Dans le domaine des marchés émergents, le pouvoir des fournisseurs d’indices a été mis en évidence ces derniers mois par des reclassements importants et parfois controversés impliquant des pays tels que la Chine, l’Argentine et le Venezuela. Pourtant, même si l’influence de ces sociétés est grandissante, certains cherchent à les renverser, y compris des gestionnaires de fonds passifs.
 
Trop de Koweït dans le Frontier Market 

L'article rapporte que des gestionnaires trouvent que Koweït est "trop représenté" dans le MSCI Frontier (MSCI FM). Il existerait en effet un «problème du Koweït» et les investisseurs des marchés frontières souhaitant que le pays y soit moins visible. Ce petit Etat du Golfe représente près de 17% de l'indice MSCI FM alors que le Koweït ne compte que 4 millions d’habitant. «Les investisseurs frontaliers souhaiteraient avoir plus d'indices frontaliers dans l'indice et moins de Koweït», déclare Andrew Howell, stratège chez Citigroup Inc. «Ils veulent davantage de pays comme le Bangladesh ou le Vietnam, de grandes populations avec un potentiel de développement important.»


Le problème du Koweït est emblématique des désaccords qui peuvent surgir dans un domaine de la finance qui se targue de son objectivité. Les fournisseurs d'indices déclarent que leurs décisions d'inclure ou d'exclure certaines actions, obligations ou pays sont régies par des règles et reposent sur une analyse impartiale de la taille, de la liquidité et de la «capacité d'investissement» globale des marchés respectifs. "Lorsque nous construisons un indice, nous voulons nous assurer qu'il est représentatif des opportunités dans lesquelles il est possible d'investir", a déclaré Chin Ping Chia, responsable de la recherche pour la région Asie-Pacifique, MSCI.  "Quelqu'un prend des décisions très actives quant aux actions qui figureront dans chaque indice ou produit" passif "", déclare l'investisseur milliardaire Howard Marks, cofondateur de Oaktree Capital Management LP. Selon lui, les investisseurs passifs sous-traitent les décisions relatives à la répartition du portefeuille. 
 

Les véhicules passifs, en particulier les ETFs, rapportent en moyenne 3 milliards de dollars par jour. Chaque fonds passif doit répliquer et suivre un indice puis payer des droits de licence à des fournisseurs d’indices tiers, renforçant ainsi l’influence des sociétés ainsi que leurs résultats. Les revenus des indices chez S&P Global, MSCI et FTSE Russell ont dépassé le milliard de dollars au premier semestre 2018, en hausse par rapport aux 858 millions de dollars de l’année précédente.

"Nous ne sommes pas des militants", a déclaré Mark Makepeace, directeur de FTSE Russell. 

Des décisions plus controversées de la part des fournisseurs d’indices sont attendues prochainement explique Bloomberg,  notamment l’inclusion potentielle du marché boursier de l’Arabie saoudite dans l’indice MSCI Emerging Markets dès l’an prochain. S'il était inclus, le royaume dépasserait essentiellement le statut de marché frontalier et se dirigerait droit vers le seau plus vaste des marchés émergents, bénéficiant d'environ 4 milliards de dollars de flux de nouveaux investisseurs en cours de route. Les obligations chinoises doivent également figurer dans les principaux indices gérés par des sociétés telles que JPMorgan. 

Rappelons que le Maroc est présent dans le MSCI Frontier avec un poids de 6,7%. 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation