×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Risma : Vers un retour des dividendes

Jeudi 05 Avril 2018 - PAR bourse news

Amine ECHCHERKI - Président du Directoire et Sofia BENHAMIDA - Membre du Directoire. Le 5 avril 2018. Amine Echcherki, président de Risma : "Il n'y a plus de freins à la distribution des dividendes". 


 

  • La société n'a plus rémunéré ses actionnaires depuis 2014. 
  • Fin de la période d'assainissement. 

 

Risma et son management ont voulu envoyer un signal clair au marché en conférence de résultats ce 5 avril : L'assainissement est achevé et la société se tourne vers l'avenir. 

 

L'année 2017 a été marquée pour Risma par l'ouverture de l’Ibis Rabat Agdal en Janvier 2017 et de l’Ibis Casablanca Gare en septembre 2017. Parallèlement, la société a connu un important programme de rénovations qui a concerné les unités phares du groupe où 269 chambres soit 6,5% de sa capacité hôtelière, ce qui a pesé sur l'activité. Le groupe a par ailleurs procédé à la cession de trois Ibis (Agadir, Fnideq, Tanger FZ) avec une plus-value nette de 13 MDH comptabilisée dans les comptes de 2017. Autre fait majeur, la constatation d'une dépréciation de l’ensemble des titres, comptes courants et prêts injectés historiquement dans la filiale Saemog qui a fait passé le résultat dans le rouge.  


Lire aussi : Risma : La plus-value des hôtels cédés intégrée dans les comptes 2017


 

L'activité est rentable 

 

Le déficit enregistré en 2017 par Risma, soit -86 MDH, cache une bonne tenue de l'opérationnel. Le résultat d'exploitation progresse en effet de 28% à 226 MDH et Risma améliore ses marges dans le luxe de 3 points à 27%, d'un point dan le milieu de gamme et enregistre une baisse de 2 points dans l'économique qui affiche, comme les autres segments, un EBE positif malgré les cessions.

De manière générale, Risma a amélioré son chiffre d'affaires de 4% sur l'année grâce à l'impact des nouvelles ouvertures et de la hausse de l'activité des unités existantes et ce malgré les arrêts pour rénovation et la vente des 3 Ibis avec un faible impact de 2 MDH. 

 

La trésorerie s'améliore 

 

Outre l'exploitation, le résultat financier de Risma s'est amélioré passant de -148 MDh à -116 MDH. Ce gain de 33 MDH s'explique par le remboursement des crédits et l'amélioration de la situation de la trésorerie. Le cash flow net est en hausse de 58 MDH par rapport à 2016 et s'établit à 140 MDH, contre un creux estimé à -300 MDH il y a 3 ans. La dette consolidée, en constante baisse depuis 2015, s'améliore de 196 MDH d'une année à l'autre. Le gearing est sur des plus bas de 8 ans et s'établit à 130% avec un levier de 56%. Le management dit vouloir atteindre un levier de 50% à terme, dans la norme du secteur. 

 

Assainissement des comptes 

 

Risma a provisionné toute son exposition dans sa filiale Saemog (Société d'aménagement d'Essaouira Mogador ), ce qui a provoqué un résultat non courant négatif et le déficit de l'exercice à -86 MDH. Hors éléments exceptionnels, selon les dirigeants, le RNPG s'établirait à 67 MDH, en hausse de 80 MDH par rapport à 2016. Quoi qu'il en soit, Amine Echcherki, président de Risma, a expliqué que le repositionnement de la station touristique d'Essaouira, en cours de négociation avec les autorités, n'aura pas d'impacts ou faiblement sur les résultats futurs étant donné que l'exposition est maintenant complètement provisionnée. 

Le management de Risma a fait savoir que l'assainissement des comptes est parachevé. Ceci, avec l'amélioration de la trésorerie et la baisse de l'endettement constituerait un bon point de départ pour de futurs dividendes. A ce titre, Amine Echcherki a déclaré en fin de conférence : "Il n'y a plus de freins à la distribution des dividendes". 

Enfin, Risma note un très bon démarrage de l'activité de ses hôtels en 2018 avec, à fin février 2018, un taux d'occupation à 68% en hausse de 7 pts, par rapport à l'année dernière et un chiffre d'affaires en hausse de 12%.  

Risma
Partage RéSEAUX SOCIAUX