×

Inscrivez-vous à notre newsletter


La BoJ laisse ses taux inchangés, se montre plus optimiste

Vendredi 16 Juin 2017 - PAR

La Banque du Japon (BoJ) a, sans surprise, laissé sa politique monétaire inchangée vendredi tout en se montrant plus optimiste au sujet de la consommation des ménages et de l'économie mondiale, des éléments susceptibles de consolider la reprise à l'oeuvre dans le pays.

Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a rassuré les marchés sur le fait que la banque centrale ne commencerait à infléchir sa politique monétaire ultra-accommodante que bien après la Réserve fédérale alors que l'inflation reste très éloignée de son objectif de 2% en rythme annuel.

"Il y a encore une certaine distance avant d'atteindre 2% d'inflation et donc il est inapproprié de spécifier maintenant comment nous sortirons de notre politique monétaire ultra-accommodante et comment cela pourrait affecter la santé financière de la BoJ", a dit Kuroda lors d'une conférence de presse.

"Présenter des simulations précises maintenant ne ferait que créer de la confusion. Nous ne débattrons d'une stratégie de sortie qu'une fois que les 2% d'inflation seront atteints et que la hausse des prix se maintiendra à ce niveau de manière stable."

A l'issue d'une réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la BoJ a maintenu un taux d'intérêt de court terme négatif de -0,1% et a laissé inchangée sa promesse de piloter le taux de rendement des obligations à dix ans autour de zéro grâce à des rachats d'actifs.

L'institut d'émission a également maintenu son engagement d'augmenter son portefeuille d'obligations à un rythme de 80.000 milliards de yens par an (646 milliards d'euros) même si, dans les faits, elle en achète moins depuis quelque temps.

"La consommation des ménages a fait preuve d'une solidité accrue dans un contexte d'amélioration de l'emploi et des revenus", a précisé dans un communiqué la banque centrale japonaise.

 

ABSENCE DE PRESSIONS INFLATIONNISTES

Dans le communiqué accompagnant la précédente décision de politique monétaire, en avril, la BoJ avait dit que cette consommation était "solide".

La décision de la BoJ vient deux jours après celle de la Réserve fédérale américaine de relever ses taux pour la deuxième fois de l'année.

La semaine dernière, la Banque centrale européenne (BCE) avait, comme la BoJ, laissé sa politique monétaire inchangée, tout en abandonnant toute référence à d'éventuelles baisses de taux face à l'amélioration des perspectives économiques dans la zone euro.

La consommation des ménages est longtemps restée un point faible du Japon, dont l'économie va par ailleurs de mieux en mieux.

Cette atonie de la consommation est tenue pour responsable de l'absence de pressions inflationnistes puisqu'elle dissuade les entreprises d'augmenter leurs prix.

Prenant acte des signaux de reprise dans les pays émergents, la BoJ a dit que les économies étrangères "continuent de croître à un rythme modéré dans l'ensemble."

Elle avait pointé en avril certaines faiblesses des économies émergentes.

La banque centrale a confirmé son évaluation d'ensemble de l'économie japonaise en disant qu'elle évoluait vers une expansion modérée.

L'inflation continue toutefois de décevoir, ce qui pousse les responsables monétaires nippons à la prudence quant à la stratégie de sortie de leur politique monétaire ultra-accommodante.

L'inflation de base n'a été que de 0,3% sur un an en avril, restant ainsi très loin de l'objectif de la BoJ d'une inflation de 2%.

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation