×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Fitch S'attend toujours à un élargissement des bandes du dirham, malgré les pressions

Jeudi 21 Septembre 2017 - PAR bourse news

 

Fitch Ratings s'attend toujours à un éventuel élargissement des bandes flottantes du dirham, malgré la chute des réserves de devises au deuxième trimestre. "Les réserves ont maintenant atteint un creux et nous prévoyons que les autorités mettront en place des modifications graduelles du cadre de change tout en essayant d'obtenir un ancrage plus solide des attentes politiques en ajustant leur stratégie de communication", annonce l'agence.

Un élargissement des bandes flottantes du dirham était largement attendu fin juin, mais l'annonce a été reportée dans le contexte d'une chute rapide des réserves de change. Les réserves internationales nettes du Maroc (NIR) ont diminué de 14,3% en dollars américains au 7 juillet à partir de leur niveau de fin avril, atteignant 20,9 milliards de dollars américains, leur niveau le plus bas en près de deux ans. En conséquence, le taux de couverture des importations de biens et services a reculé à un peu plus de cinq mois en juillet, en baisse par rapport à sept fin décembre 2016 en fonction des estimations de Bank al-Maghrib (BAM).

La baisse des RIN reflète en partie, selon l'agence, les agissements des opérateurs économiques résidents qui achètent des instruments en devises pour la couverture ou dans l'anticipation avant l'annonce prévue pour la fin du mois de juin. Les banques marocaines ont augmenté leurs actifs en devises de 56%, ce qui équivaut à 1.6 milliards de dollars, entre le 28 avril et le 7 juillet. "La forte chute de la livre égyptienne suite à une libéralisation totale et des pressions récentes sur le taux de change en Tunisie ont peut-être suscité des craintes d'une dépréciation considérable du dirham, bien que la probabilité de cette situation soit très faible à notre avis", dis l'agence. La livre égyptienne a été jugée largement surestimée, tandis que le dirham est proche de sa valeur d'équilibre.


Le décaissement progressif du financement étranger et l'examen plus strict des opérations de change devraient favoriser un nouveau recouvrement partiel du ratio réserve-importation, explique l'agence Fitch. Les pertes de réserve liées aux stratégies de couverture peuvent être récupérées d'après l'agence. 

Remontée des réserves durant l'été 

En juin dernier, les réserves de change du Maroc étaient au plus bas de 24 mois, ne dépassant pas les 206 Mds de dirhams, causant des pressions sur les liquidités bancaires et poussant la Banque centrale à intervenir en injectant des liquidités. Situation qui avait poussé le wali de Bank Al-Maghrib à crier au loup et accuser opérateurs économiques et banques de spéculer sur la devise en pariant sur une baisse du Dirham. Depuis, une partie de la baisse des réserves de change a été résorbée par les recettes touristiques estivales et de moindres pressions sur les flux IDE. Ainsi, au 13 septembre, date des dernières statistiques disponibles, ces réserves se sont élevées à 220 Mds de dirhams, en hausse de 14 Mds de dirhams sur 2 mois. Cela dit, la baisse reste marquée sur l'ensemble de l'année 2017 : -11,8%. Ce chiffre assure au Maroc 5 mois et 14 jours d'importations de biens et services, ce qui représente un taux de couverture bien loin des 7 mois et 12 jours enregistrés à la même période en 2016. 

Fitch Ratings
Partage RéSEAUX SOCIAUX