×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Récap de la semaine: La Bourse de Casablanca achève une troisième semaine haussière

Dimanche 18 Juin 2017 - PAR bourse news

La place casablancaise a confirmé tant bien que mal la reprise en fin de semaine. 

De lundi à vendredi, l’indice a grappillé 0,50% de gain pour finir autour des 11.750 points en clôture hébdomadaire. Sa performance YTD s’affiche désormais à 0,92%. Coté transactions, la semaine a été marquée par un tassement des volumes d’affaires. 638 MDH ont fait l’objet de transactions sur le marché principal contre 847 MDH la semaine passée soit une baisse de 24%.

 

Les banques lèvent de la dette subordonnée 

Afin de renforcer leurs capitaux propres réglementaires et de financer leurs développement, ATW, BCP et BMCE procéderont à une levée de fonds sur le marché obligataire.

Attijariwafa bank lèvera 1,5 milliard de DH, 2 milliards de DH pour BCP et 1 milliard de DH pour BMCE Bank of Africa. Au total, 4,5 milliards de dette qui sera émise. Les deux premières vont émettre des obligations subordonnées et BMCE Bank of Africa des obligations subordonnées perpétuelles. Les obligations subordonnées sont acceptées en fonds propres de catégorie 2 alors que les titres perpétuels sont classés parmi les fonds propres additionnels de catégorie 1.

 

Les surprises des banques centrales en prélude à la pause estivale

La Réserve fédérale américaine, en dévoilant les modalités de la réduction à venir de son bilan, et la Banque d'Angleterre, en révélant que trois membres de son Comité de politique monétaire étaient désormais favorables à une hausse de taux, ont surpris les marchés mercredi et jeudi, favorisant la hausse du dollar, la remontée des rendements obligataires et un nouveau repli marqué des valeurs technologiques à Wall Street.

Le Nasdaq porte ainsi à près de 1% son recul en cinq séances, après avoir perdu 1,8% sur la seule séance de vendredi dernier, un début de correction qui a fait souffrir des poids lourds de la cote, comme Apple, dont la capitalisation a fondu de 56 milliards de dollars en une semaine, mais aussi des nouveaux-venus comme Snap, la maison mère de Snapchat, retombé jeudi à son prix d'introduction.

Cette baisse des "techs", dont les valorisations avaient atteint des niveaux de plus en plus difficiles à justifier, ne s'est toutefois pas propagée à d'autres secteurs et l'indice Stoxx européen 600 limite son repli sur la semaine à 0,5% environ.

La casse est donc limitée mais elle incite certains à se montrer plus prudents sur les marchés actions, qui pourraient marquer le pas au cours des mois à venir.

Les actions européennes toujours privilégiées 

"Nous sommes toujours en mode 'risk on', il n'y a pas lieu de s'inquiéter mais des arbitrages seront à faire selon les zones géographiques", explique ainsi le directeur général de Degroof Petercam, Laurent Gaetani.

"Nous pensons que le moment est venu de voir les Etats-Unis progresser un peu moins et les autres régions faire un peu mieux. On le constate en termes de dynamique macroéconomique, et on pense que la même chose peut se réaliser sur les marchés."

Cette prudence ne remet toutefois pas en cause l'intérêt pour les actions, notamment celles de la zone euro.

"En Europe, l'amélioration de la dynamique économique, la remontée des anticipations d'inflation et la poursuite de l'assouplissement budgétaire devraient soutenir l'EuroStoxx 50, et nous avons une préférence pour les actions françaises et italiennes", expliquent ainsi les responsables de la stratégie de Société générale dans leur "Best Of" des opportunités d'investissement pour le troisième trimestre.

De son côté, Anton Brender, chef économiste de Candriam, souligne que la dynamique de la croissance mondiale reste solide, en dépit des inquiétudes que suscitent le Brexit et les difficultés de Theresa May, la Première ministre britannique, autant que les turbulences politiques à Washington et les incohérences de la politique économique et budgétaire de l'administration Trump.

"Rarement les grandes économies se sont aussi bien portées toutes ensemble", souligne-t-il.

De ce point de vue, les indices d'activité PMI "flash" de la zone euro, vendredi prochain, pourraient confirmer cette tendance, le consensus les donnant tout près des plus hauts de plus de six ans atteints récemment.

 

Masi Bourse de Casablanca
Partage RéSEAUX SOCIAUX