×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 18 août 2020

Mardi 18 Aout 2020 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

L'Économiste :

• A Tanger, c’est l’accalmie. La situation sanitaire serait elle sous contrôle à Tanger? On ne peut en tout cas que l'espérer. La ville a réussi lors des derniers jours à abaisser le nombre de cas quotidiens déclarés sous la barre des 100 après avoir défrayé la chronique en enregistrant des records en juillet avec des pics à plus de 400. Le nombre de décès a lui aussi connu une baisse avec une moyenne de 4 décès par jour, qui reste parmi l'une des plus élevés du Royaume. Les cas sévères continuent par contre d'être très élevés avec 37 cas enregistrés lors du dernier décompte du dimanche 16 août. Ce bilan, selon plusieurs sources, est le résultat d'une politique de "confinement sélective mise en place au niveau de la ville". Dès la mi-juillet, les autorités ont serré les vis au niveau de plusieurs quartiers à Bni Makada et aussi à Tanja Balia avec des limitations de déplacement des personnes et une fermeture à 20h00 des cafés et des commerces.

• Crédit à l’habitat: De nouvelles règles du jeu. L’encadrement des risques liés au secteur immobilier passera aussi par une révision des conditions d’octroi du crédit à l’habitat. Plusieurs échanges entre Bank Al-Maghrib et les banques ont porté sur les conditions d’octroi notamment le taux d’endettement, la durée, les taux d’intérêt… Ces discussions aboutiront notamment à la fixation des seuils pour les ratios LTV et DSTI d’ici 2021. L’année dernière, le taux d’apport personnel pour le financement d’un bien immobilier s’est établi en moyenne à 18% contre 30% une année auparavant. La fiabilisation des données servant au calcul de la LTV a permis d’avoir une image plus fidèle des pratiques des banques.

Le Matin :

• Détournement de l'aide humanitaire : l’UE appelle à une évaluation et un ciblage précis des bénéficiaires. En l’absence de statistiques fiables et d’un recensement officiel de la population séquestrée à Tindouf, l’Union européenne (UE) a appelé à une évaluation et un ciblage précis des bénéficiaires de l’aide humanitaire européenne. Dans une réponse à une question parlementaire, le commissaire européen chargé de la Gestion des Crises, Janez Lenarčič, a reconnu que la Commission européenne est consciente du fait qu'en mars 2018, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait publié un rapport sur le nombre des personnes vivant dans les camps de Tindouf, notant que "ce rapport a par la suite été retiré de tout usage public". En effet, suite à la publication de ce rapport qui contient des données erronées, le HCR avait publié le 28 septembre 2018, une mise au point dans laquelle il retire ce rapport et précise que la population des camps de Tindouf est estimée à 90.000.

• Présentation du deuxième tome de l'ouvrage "Mémoire, identité et patrie..mémoires de Dakhla". Le deuxième tome de l'ouvrage "Mémoire, identité et patrie..mémoires de Dakhla", de l’acteur associatif Hassan Lahouidag a été présenté récemment à distance, à l’occasion du 41ème anniversaire de la récupération de la province d’Oued Eddahab, la fête du Trône et l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. S'exprimant à cette occasion, l’auteur de l’ouvrage, qui est également président de l'Association de l’Intégrité territoriale dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, a souligné que cet ouvrage est une sorte de "constat personnel" et "se veut un descriptif d'un parcours personnel, depuis qu’il a rejoint la ville de Dakhla en octobre 1991 jusqu’à 2018", en mettant en exergue les différentes activités à vocation politique et diplomatique en général, et en particulier les événements ayant marqué la perle du Sud durant cette période.

Aujourd’hui le Maroc :

• 89% des écoles au Maroc disposent des installations de base pour le lavage des mains . Selon un rapport de l’OMS et l’Unicef, 43% des écoles dans le monde n’ont pas accès à des installations de base pour le lavage des mains, équipées de savon et d’eau. Ces données montrent que seulement 57% des écoles dans le monde disposent de ces installations. Il s’agit pourtant d’un élément essentiel au fonctionnement en toute sécurité des établissements scolaires en pleine pandémie de COVID-19. Au Maroc, cette proportion est de 89% tandis qu’elle l’est de 99% en Algérie, 38% en Tunisie, 13% en Lybie et 100% en Egypte. Par ailleurs, dans leur rapport, l’OMS et l’Unicef signale que 84% des établissements scolaires au Maroc disposent des services d’eau potable de base. En termes d’assainissement, 70% des écoles au Maroc disposent de sanitaires de base. Cela dit, des disparités persistent toujours entre le milieu urbain et rural. En Afrique du Nord, le rapport mentionne que la Tunisie a assuré ses infrastructures dans 63% de ces établissements, 61% en Lybie, 100% en Egypte et seulement 21% en Mauritanie.

• Covid-19 : une opportunité pour une reprise alignée sur les ODD . Les efforts du Maroc en faveur des Objectifs du développement durable (ODD), notamment du développement humain et de la lutte contre les changements climatiques, constituent une base solide pour une sortie de crise qui redéfinirait les systèmes en place et proposerait un nouveau modèle de développement durable, inclusif et équitable. Ce constat a été relevé conjointement par la Banque mondiale, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et le Système des Nations-Unies pour le développement (SNUD) dans une note tripartite évaluant l’impact social et économique de la crise sanitaire au Maroc. Les trois parties indiquent que « cette crise appelle à un relèvement plus équitable, inclusif et respectueux de l’environnement vers des économies durables et des sociétés plus résilientes notamment face aux pandémies et aux changements climatiques». L’élaboration de cette note stratégique vise à approfondir la compréhension de l’impact socio-économique de la pandémie au Maroc à travers une approche unique, inclusive et collaborative.Outre la présentation de la situation pandémique et les différentes actions engagées par le Maroc pour endiguer la pandémie, le document dresse une série de recommandations. Fruit des consultations entre le SNUD au Maroc, le HCP, la Banque mondiale et leurs partenaires, les propositions émises devraient servir d’outil de travail pour une réponse socio-économique intégrée et efficace.

Maroc le Jour :

• Agadir: Saisie d'une tonne et 376 kg de chira . Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire d'Agadir ont interpellé, lundi, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), deux individus pour leur lien présumé avec un réseau criminel s'activant dans le trafic international de dogues et de psychotropes. Les mis en cause, âgés de 37 et 39 ans, ont été interpellés en coordination avec les services de la Gendarmerie Royale au niveau du point de contrôle routier sur autoroute à l'entrée de la ville d'Agadir, dès leur arrivée à bord d'un camion et d'une voiture légère, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, précisant que les opérations de fouilles ont permis de saisir 34 paquets de chira, d'un poids total d'une tonne et 376 kilogrammes.

• Ben M'sick: grande mobilisation lors d’une campagne de don de sang . Les autorités de la préfecture d’arrondissements de Ben M’sick ont organisé, lundi, une campagne de don de sang, destinée à renflouer les stocks du Centre régional de transfusion sanguine de Casablanca. L’opération, supervisée par le gouverneur de la préfecture Mohamed Nouchti, a enregistré la mobilisation des hommes et agents d’autorité, des fonctionnaires de l’entité territoriale et des citoyens de cette vaste et dense commune de la capitale économique. Dans un chapiteau installé sur l’esplanade du siège de la préfecture, une unité du Centre régional recevait les donneurs volontaires, dont l’acte de générosité revêt une importance capitale dans cette conjoncture marquée par l’amenuisement des réserves de cette denrée vitale.

L'Opinion :

• Nizar Baraka: “La gestion de la Covid-19 par le gouvernement est improvisée”. Dans un webinaire organisé par le Parti de l'Istiqlal, en coordination avec l'Organisation du 16 Août, sous le thème « Mémoire d'une patrie », en commémoration du soulèvement du 16 Août 1953 à Oujda, le Secrétaire Général du parti, M. Nizar Baraka, a dressé un bilan négatif de la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 par le gouvernement en la qualifiant d'improvisée et marquée par l'attentisme et l'hésitation. Ainsi, M. Baraka a fait état d'un manque de coordination entre les membres de l'Exécutif et d'une multitude de parties intervenantes, ce qui a brouillé l'action gouvernementale et causé « la perte du temps et des ressources ». Du coup le gouvernement n’a pas pu suivre les orientations royales contenues dans le dos cours du Trône, a-t-il précisé. En outre, M. Baraka a souligné que la gestion du gouvernement a suscité la confusion et la perte de confiance chez les citoyens, alors qu'elle avait prévalu au début de la pandémie, après les mesures prises sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI.

• L’IMP6 de Benguerir se dote d’un laboratoire de physique des sols . Un laboratoire moderne de physique des sols sera mis en place à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir et ce, dans le cadre du projet "Innovations techniques et pratiques pour réduire les pertes des sols et des eaux en améliorant les propriétés physiques du sol", développé par le Centre d’Innovation Agricole et de Transfert de Technologie (AITTC). Fruit d’un partenariat avec le centre "Rothamsted Research" et l'université de Cranfield (Grande Bretagne), ce projet vise à fournir une formation sur la caractérisation physique des sols et sur la manière dont celle-ci affecte les processus d'érosion des sols dans le cadre d'essais sur le terrain au Maroc, et à mettre en place un laboratoire moderne de physique des sols à l'UM6P, pour soutenir le projet et créer un effet d'héritage en renforçant l'expertise et les capacités à l'UM6P et à l’AITTC, en particulier, précise l’établissement universitaire dans un communiqué publié sur son site internet.

Al Bayane :

• Le virus circule, le contrôle s’étend. Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir fermé plusieurs quartiers de Marrakech, en raison d'une recrudescence d'infections au nouveau coronavirus. Les “opérations de contrôle” dans cette destination touristique phare ont été renforcées et certains quartiers ont été "fermés totalement ou partiellement" pour enrayer la propagation du virus, ont ajouté les autorités dans un communiqué. Des campagnes ont été lancées dans les rues de Marrakech pour "sensibiliser au danger du relâchement dans le respect des mesures préventives", comme le port du masque et la distanciation physique, selon la même source, qui a annoncé un renforcement des contrôles à l'entrée de la ville et entre les quartiers. Des mesures similaires ont été prises récemment à Casablanca, Tanger et Fès qui figurent parmi les villes les plus touchées du royaume.

• L'hôpital militaire marocain déployé à Beyrouth offre plus de 3200 services médicaux. L’hôpital militaire de campagne, déployé sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Beyrouth, a offert à ce jour quelque 3240 services médicaux au profit des personnes touchées par l’explosion tragique survenue dans le port de Beyrouth. Depuis le lancement des services de cette structure médicale, le 10 août, quelques 1435 personnes ont bénéficié des prestations prodiguées par le personnel de l’hôpital en recevant des traitements, examens et services médicaux couvrant diverses spécialités. Ainsi, le personnel médical de l'hôpital a effectué 24 chirurgies dans diverses spécialités, dont la chirurgie générale, l’orthopédie et médecine articulaire, la neurologie, l’ophtalmologie, l’otorhinolaryngologie, la gynécologie, la chirurgie obstétrique, la réanimation, la chirurgie des brûlures, la chirurgie reconstructive, l'anesthésie, la pédiatrie et la médecine générale. Il a également fourni plusieurs services de traitement de base, dont 81 services d'analyses médicales, et effectué 165 examens aux rayons X, en plus de la distribution gracieuse de médicaments à plus de 1.200 personnes.

Akhbar Al Yaoum :

• Une nouvelle structure pour accueillir les patients Covid-19 voit le jour à Bneguerir. Les services des Forces armées royales ont achevé récemment les travaux de construction d'un nouvel hôpital de campagne dédié aux patients Covid-19 au sein de la base militaire de Benguerir. Avec une capacité d'accueil d'environ 386 lits, cette structure sanitaire vient s'ajouter à l'établissement inauguré le 14 juin dernier dans la même base aérienne. A en croire des sources autorisées, la nouvelle structure sanitaire est fin prête depuis le début de la semaine dernière et est à même d'accueillir les cas confirmé de contamination au coronavirus. La prise en charge des patients sera assurée par des staffs militaires.

Libération :

• Les transactions immobilières ont baissé de près de la moitié au deuxième trimestre . Au cours du 2ème trimestre 2020, l'indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a baissé, en glissement trimestriel, de 3,3%, recouvrant des diminutions de 3,8% pour les prix du résidentiel, de 3% pour ceux du foncier et de 0,9% pour ceux des biens à usage professionnel, indique Bank Al Maghrib. Dans une publication retraçant la tendance globale du marché immobilier au cours du 2ème trimestre 2020, Bank Al Maghrib relève que le volume des transactions a enregistré une régression de 42,8%, traduisant le recul des ventes de l’ensemble des catégories, soit 38,2% pour le résidentiel, 53,7% pour les terrains et 54,2% pour les biens à usage professionnel. En glissement annuel, les prix ont connu une baisse de 3,3%, avec des replis de 4% pour les actifs résidentiels, de 2,7% pour les terrains et de 1,3% pour les biens à usage professionnel, ajoute la même source, notant que le nombre de transactions a diminué de 56,1% par rapport au même trimestre de l’année dernière, résultat des reculs de 55,3% pour le résidentiel, de 59,1% pour les terrains et de 57,2% pour les biens à usage professionnel.

• Cinq individus interpellés pour trafic illégal de produits alimentaires. Les éléments de la brigade de police judiciaire du district provincial de sûreté de Tiznit ont interpellé cinq individus pour leur implication présumée dans une affaire de trafic illégal et de spéculation sur des produits alimentaires de base subventionnés par l'État. Les mis en cause ont été interpellés dans un entrepôt de stockage et de vente de produits alimentaires au quartier "Bizkad" de Tiznit, après que les opérations de fouilles effectuées dans l'entrepôt aient permis la saisie de plusieurs tonne de farine, de sucre et de lait en poudre subventionnés, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant que les suspects étaient en train de mettre ces produits dans des emballages de marques non-subventionnés, en vue de les commercialiser sur le marché national. Les produits alimentaires saisis dans l'entrepôt se composent de 23 tonnes et 750 kilogrammes de farine, de 9 tonnes et 76 kilogrammes de sucre et de 162 kilogrammes de lait en poudre, outre 497 sachets vides de farine, plusieurs cartons et quatre machines à coudre éventuellement utilisées dans ces actes criminels, précise la DGSN.

Al Yaoum Al Maghribi :

• La BERD accorde un prêt de 40 millions d'euros à la succursale marocaine de CaixaBank. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a accordé un prêt de 430 millions de dirhams (40 millions d'euros) à la succursale marocaine de CaixaBank. Selon un communiqué de la BERD, ce prêt aidera CaixaBank à augmenter les financements indispensables aux petites et moyennes entreprises (PME) locales dans le contexte de la crise sanitaire de la Covid-19. La BERD soutiendra également la stratégie d'expansion de CaixaBank aux PME situées en dehors de l'axe Casablanca-Rabat, notamment à Tanger et Agadir.
Al Massae :

• L'Intérieur mobilise les premières lignes. Le ministère de l'Intérieur s'active pour mettre en oeuvre l'état d'urgence au sein des fonctionnaires de certains services après l'enregistrement de chiffres records de décès et de cas de contamination au coronavirus. Une source bien informée a indiqué au journal que le ministère de l'Intérieur a établi un scénario d'état d'urgence extrême et un retour aux mesures restrictives après la fermeture de plusieurs quartiers dans de grandes villes marocaines, à l'image de Casablanca, Marrakech et Fès. Par ailleurs, des directives du ministre Abdelouafi Laftit ont mobilisé des chefs de services et des cadres au ministère de l'Intérieur. Laftit a, notamment, demandé aux fonctionnaires des bureaux d’hygiène et de la police administrative de fournir davantage d'efforts, en particulier après le relâchement des citoyens suite à l'allègement des mesures du confinement.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Le déficit budgétaire grimpe à 41,9 MMDH à fin juillet. Dans un contexte marqué par les effets économiques de la crise sanitaire de Covid-19, le déficit budgétaire a atteint à fin juillet 2020 quelque 41,9 milliards de dirhams (MMDH), contre 24,2 MMDH à la même date de l'année dernière, selon la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée mercredi par le ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration Cet impact, qui est perceptible au niveau aussi bien des recettes que des dépenses, a pu être atténué grâce aux ressources mobilisées dans le cadre du Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, lesquelles ont atteint près de 33,7 MMDH contre des dépenses de 24,7 MMDH.

Assahraa Al Maghribia :

• Casablanca : Deux policiers dégainent leurs armes pour interpeller trois individus . Deux policiers opérant dans le district de sûreté Errahma à Casablanca ont été contraints, lundi matin, de dégainer leurs armes de service sans en faire usage, lors d'une intervention de sûreté visant à interpeller trois individus, âgés entre 19 et 36 ans, qui se trouvaient dans un état de forte impulsivité et qui ont exposé les citoyens et les éléments de police à une menace sérieuse et dangereuse à l'aide d'armes blanches. Les mis en cause, qui étaient dans un état d'ébriété avancé, ont semé le chaos et provoqué des pertes matérielles à un camion garé sur la voie publique à Casablanca, ce qui a nécessité l'intervention de la patrouille de police la plus proche pour les interpeller, indique un communiqué de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), ajoutant que les suspects ont opposé une résistance farouche à l'aide d'armes blanches, ce qui a contraint les éléments de police à brandir leurs armes de service de façon préventive.

Al Alam :

• Covid-19: Le Maroc participera aux essais multicentriques . Le Maroc participera aux essais multicentriques relatifs à la Covid-19 pour obtenir la quantité du vaccin suffisante dans des délais opportuns, a affirmé le ministre de la santé Khalid Ait Taleb. "Le Royaume, à l'instar de ce qui se passe à l'international, va participer avec certains pays aux essais cliniques multicentriques relatifs à la Covid-19 du moment qu'il dispose de l'arsenal réglementaire et juridique lui permettant de se positionner pour obtenir la quantité du vaccin suffisante pour les citoyens dans les délais opportuns et assurer le transfert du savoir afin de garantir une autosuffisance par rapport à la production du vaccin", a-t-il souligné dans une déclaration à la presse.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• M. Amrani présente la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité. L’ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud, Youssef Amrani, a présenté, vendredi soir sur la chaine publique sud-africaine SABC, la vision Royale pour un Maroc de paix, de développement et de prospérité. M. Amrani, qui a été l’invité spécial de la chaine pour une interview focus sur le Maroc, a relevé que « le particularisme du modèle marocain est celui d’une identité plurielle fédérée par le cœur et l’histoire autour des mêmes ambitions, des mêmes valeurs et des mêmes aspirations ». Les cohérences des destinées du Royaume sont celles des interdépendances de choix et de cœurs qui imbriquent, dans la plus parfaite des manières, la vision Royale pour l’avenir de la société. Il a, dans ce contexte, a mis en lumière la profondeur de l’histoire marocaine pour mieux expliquer le présent. « Le Maroc est un pays millénaire », a-t-il indiqué, relevant que « la destinée du pays est façonnée depuis longtemps autour d’une cohésion ancestrale entre le peuple et la Monarchie ».

Bayane Al Yaoum :

• Bientôt des Cités des Métiers et des Compétences à Tanger et Béni Mellal. L'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) a annoncé, lundi, le lancement des travaux de construction des Cités des Métiers et des Compétences (CMC) des régions Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Béni Mellal-Khénifra. Les deux Cités, dont la livraison est prévue dans 20 mois, seront érigées sur des terrains respectivement de 12 et 15 hectares mis à disposition par les régions concernées dans les villes de Tanger et Béni Mellal, indique l'OFPPT dans un communiqué, faisant savoir que toutes les mesures de prévention sanitaires seront mises en place et respectées sur les sites de construction afin de lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Conçues pour garantir une offre de formation répondant aux spécificités actuelles et futures de chacune des deux régions, les CMC offriront, annuellement, des capacités d'accueil de 3.250 stagiaires pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima et 2.920 pour Béni Mellal-Khénifra.

Rissalat Al Oumma :

• INDH à Ouarzazate : priorité aux secteurs sociaux. La programmation budgétaire de l’année 2020 de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) au niveau de la province de Ouarzazate est caractérisée particulièrement par la priorité distinguée accordée au secteur de la santé, à l’eau potable et au soutien des personnes en situation difficile. Selon des données de la Division de l’action sociale relevant de la Province de Ouarzazate, le montant global des crédits programmés au titre de l’année 2020 et des conventions signées durant la même année s’élève à 519.024.233 DH. La même source indique que les projets adoptés par le Comité provincial de développement humain (CPDH) sont au nombre de 79, dont 76 projets afférents aux programmations et 3 programmes relatifs aux conventions. Ils concernent 17 communes, soit la totalité des communes de la Province de Ouarzazate.

 

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX