×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 8 octobre 2021

Vendredi 08 Octobre 2021 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de vendredi :

Le Matin :

• Le Sahara marocain, une région stable et prospère grâce au nouveau modèle de développement. Le Sahara marocain est désormais la région "la plus stable et la plus prospère en Afrique", grâce au nouveau modèle de développement, a souligné, l'ancien vice-ministre des affaires intérieures de Zambie, Grace Njapau, relevant que ce projet d’envergure a changé la face de cette partie du Royaume. “Ce chantier structurant a radicalement transformé les perspectives économiques et de développement de la région”, a indiqué Mme Njapau, qui s’exprimait devant la 4è commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Ce nouveau modèle fait partie d’une stratégie nationale globale et intégrée de développement qui vise à améliorer les conditions de vie des populations locales et à réaliser de grands projets d’infrastructure, le but étant d’assurer un décollage économique durable de la région, a-t-elle expliqué.

• Troisième dose du vaccin anti-Covid : pas de changement pour le pass vaccinal, selon Dr Tayeb Hamdi. L’engouement pour recevoir la troisième dose de vaccin anti-Covid est palpable. Depuis lundi, plus de 111.577 doses de rappel ont été administrées, selon les données du ministère de la Santé publiées jeudi. Pour Dr Tayeb Hamdi, «même s’il est trop tôt pour se prononcer, on remarque généralement une certaine affluence vers les centres de vaccination du Royaume dédiés depuis le lancement de la campagne pour répondre justement à l’appel des autorités sanitaires et pour se faire administrer sa troisième dose de vaccin». Interpellé sur l’éventualité de la modification du pass vaccinal pour prendre en compte la troisième dose du vaccin, le docteur Tayeb Hamdi répond par la négative. «Pour le moment, le pass vaccinal délivré par les autorités ne connaîtra aucun changement. Il restera valable pour circuler entre les villes ou pour voyager à l’étranger. Les règles resteront les mêmes pour tous les vaccinés», précise-t-il.

L’Economiste :

• Une aide publique pour l’arboriculture fruitière. Le gouvernement vient de mettre en place une subvention pour l'acquisition et l'installation d'abri serre en filet pour la protection des arbres fruitiers et des terres cultivées contre le froid et le gel. Le montant de l'aide publique s'élève à 40% des frais, plafonnée à 50.000 DH par hectare couvert. Cette aide sera distribuée dans les préfectures et provinces connues par le grand froid telles que Boulemane, Sefrou, Meknėès, El Hajeb, Ifrane, Midelt, Khenifra et Khemisset. Le dispositif a été élargi à Kelâa des Sraghnas, Marrakech, Beni Mellal, Azilal, Fkih Bensalah, Ouarza- zate, Ouazzane...

• Les universités publiques perdent leurs cadres. Si le nombre d'enseignants dans les universités publiques n'augmente que très lentement (+28% depuis 2012), celui des étudiants explose (+83%). Mais il existe un autre aspect qui passe souvent inaperçu, celui de l'encadrement administratif. De 2012 à 2021, le nombre d'administratifs des universités ne cesse de reculer. Si en 2012 l'on comptait 1 administratif pour 67 étudiants, aujourd'hui le ratio moyen est de 1 pour 144. Certaines universités ont vu partir plus d'effectifs que d'autres. En tête, l'Université de Rabat qui a enregistré une baisse de 32%, suivie de celles de Fès (-24%) et de Marrakech (-23%). Par type d'établissement, ce sont les facultés à accès ouvert (droit, sciences, lettres...) qui ont le plus pâti de cette situation, avec un repli de 22%, contre seulement -6% au niveau des établissements à accès sélectif (FST, ENCG, ENSA.. .)

Aujourd’hui Le Maroc :

• Grâce à ses coûts moins chers, le secteur avicole a connu un grand essor ces dernières années. Une dynamique portée par le Plan Maroc Vert qui a révolutionné la filière et l’a dotée d’une autonomie aussi bien sur le plan économique que social. L’aviculture marocaine se positionne aujourd’hui parmi les secteurs agricoles les plus performants. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel de 31 milliards DH et génère 150.000 emplois directs et 450.000 emplois indirects via les circuits de transport et de commercialisation. Malgré les aléas conjoncturels, le secteur a réussi à afficher une résilience durant ces dernières années et atteindre les objectifs qu’il s’est fixés dans le cadre de la stratégie agricole. Capitalisant sur ses acquis, la filière avicole se fixe de nouveaux objectifs dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole «Al Jayl Al Akhdar». L’orientation étant de poursuivre la modernisation du secteur à travers une structuration organisationnelle de plus en plus efficace.

• Réfugiés: Le HCP et l'UNHCR scellent un accord de partenariat. Le Haut Commissariat au Plan (HCP) et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) ont signé, jeudi à Rabat, un accord de partenariat en matière de données analytiques relatives aux réfugiés. Cet accord vient concrétiser une longue et fructueuse collaboration entre les deux institutions concernant les réfugiés au Maroc, puisque le HCP avait déjà réalisé, en partenariat avec l'UNHCR, une enquête nationale sur la migration forcée en 2021. Le HCP avait également réalisé une étude sur l'impact socio-économique et psychologique de la pandémie de la Covid-19 sur les réfugiés au Maroc en septembre 2020. Une étude qui avait permis de mettre en œuvre l'expertise et les outils statistiques du HCP au service de ces populations vulnérables.

Maroc Le Jour :

• Appui colombien à l’intégrité territoriale du Maroc. La présidente de la Chambre des Représentants de Colombie, Mme Jennifer Kristin Arias Falla, nouvellement élue à la tête de cette institution législative pour la période 2021-2022, a réitéré son plein "appui aux intérêts suprêmes du Maroc, ainsi qu’au respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale". Lors d’une audience accordée mardi à Mme Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc à Bogota, Mme Jennifer Kristin Arias Falla, également membre active du groupe d’amitié Colombie-Maroc, a salué "les nombreuses réformes et les grands projets d’envergure réalisés au Maroc sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI". Elle a également salué les importantes avancées dans la promotion des droits des femmes au Maroc et leur implication de plus en plus forte dans le développement socio- économique du pays.

• Une synagogue de la communauté juive marocaine verra le jour à Mexico. Une synagogue de la communauté juive marocaine établie au Mexique sera inaugurée bientôt à Mexico, annonce un communiqué de l'ambassade du Maroc au Mexique. Ce projet a pu voir le jour à l’initiative de l’Association des juifs d’origine marocaine établis au Mexique, en coordination avec l’ambassade du Maroc, afin de mettre à la disposition des membres de la communauté un lieu de culte, qui est le premier du genre au Mexique et qui reflète l’identité et les rituel typiques du judaïsme marocain.

Al Bayane :

• Huile d’olive : Le Maroc 5ème producteur mondial. Le Maroc occupera, selon les prévisions pour la campagne 2020-2021, le cinquième rang du classement des pays producteurs d'huile d'olive à l'échelle internationale avec une production de 140.000 tonnes, ce qui représentera 5% de la production mondiale. Cette production est le résultat d'une augmentation de la production moyenne ces dernières années grâce aux efforts de la stratégie Plan Maroc Vert, avec l'intensification des exploitations. La production mondiale d'huile d'olive atteindra, selon les prévisions, 3.086.500 tonnes au cours de la saison 2020-2021, soit 5% de moins que la saison précédente.

• Le triple scrutin du 8 septembre confirme de "manière éclatante" l'attachement des Sahraouis à leur pays. Le triple scrutin local, régional et législatif qui s’est déroulé le 8 septembre dernier au Maroc, a confirmé de “manière éclatante” l’attachement des sahraouis marocains à leur pays, a affirmé, mercredi à New York, M. Nikaky Lygeros, professeur universitaire et expert en géopolitique et géostratégie. “Les habitants des deux régions du Sahara marocain ont déjà prouvé par le passé leur degré élevé de civisme et ils viennent de le confirmer de manière éclatante à l’occasion des élections communales, régionales et législatives du 8 septembre 2021”, a-t-il souligné devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Il a également précisé qu’avec un taux de participation de 66,94% à Laâyoune-Sakia El Hamra et 58,30% à Dakhla-Oued Eddahab, ces deux régions du Sahara marocain dépassent largement la moyenne nationale de 50,18% durant ces échéances.

L’Opinion :

• Les études démarrent à la faculté de médecine de Laâyoune. Quelque 100 étudiants ont démarré leurs études à la toute nouvelle Faculté de médecine et de pharmacie de Laâyoune au titre de l'année universitaire 2021-2022. Cette première rentrée pour ces étudiants originaires des provinces du Sud du Royaume se déroule dans un climat marqué par la sérénité et l’enthousiasme et dans le strict respect des mesures de précaution sanitaires visant la lutte contre le Coronavirus, a déclaré à la MAP la doyenne de la faculté, Fatima Zahra Hafdi Alaoui. Elle a noté que des enseignants et professeurs compétents assurent l’encadrement et la formation des étudiants, dont le nombre sera doublé à partir de l’année prochaine.

• Hausse de 29,5% du volume du trafic commercial dans les ports de Safi, en août dernier. Le trafic commercial dans les ports de Safi (port de Safi ville et Safi Atlantique) a atteint en août dernier, un volume d’environ 6,6 millions de tonnes (MT), soit une hausse de 29,5%, par rapport à la même période de l’année dernière. Cette hausse est imputable notamment au fort rebond des importations du charbon (+ 54%), des minerais (39%) et phosphates et dérivés (6%), indique la Direction régionale des ports de Safi relevant de l’Agence Nationale des Ports (ANP) dans son dernier rapport. L’augmentation du trafic de charbon au port de Safi Atlantique est due principalement à l'exploitation de cette infrastructure depuis le début de l'année 2021 pour alimenter la centrale thermique en Charbon.

Libération :

• L'Espagne œuvre pour édifier une "relation stratégique avec le Maroc encore plus forte qu'avant". Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’UE et de la coopération, José Manuel Albares, a affirmé, mercredi, que son pays œuvre pour édifier une "relation stratégique avec le Maroc encore plus forte qu'avant". "Ce que nous voulons, c'est une relation stratégique avec le Maroc, encore plus forte qu'avant", a souligné Albares dans des déclarations aux médias en marge de sa participation à la réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). "Tous les signaux que nous recevons du Maroc sont bons et montrent que nous sommes en passe de construire une relation encore plus solide", a martelé le chef de la diplomatie espagnole.

• L’élément humain, un facteur clé de la réussite du chantier de la mise en œuvre du NMD. Les participants à un webinaire organisé récemment sous le thème "la gouvernance et la mise en œuvre des politiques publiques au niveau des collectivités territoriales", ont souligné que l’élément humain reste "un facteur clé" de la réussite du chantier de la mise en œuvre des recommandations du rapport général de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD). Les intervenants à cette rencontre organisée par le Centre de l'Enseignement Inclusif et de la Responsabilité Sociale de l'Université Cadi Ayyad (CEIRS/UCA), ont appelé à mobiliser les expertises nécessaires pour garantir la mise en œuvre des conclusions et des recommandations de ce document historique.

Al Yaoum Al Maghribi :

• Un gouvernement de compétences au service des citoyens. Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a affirmé que la nouvelle équipe, dont la cérémonie de nomination a été présidée jeudi par SM le Roi Mohammed VI au Palais Royal à Fès, regorge de compétences et s’emploiera à répondre aux aspirations des citoyens à travers la mise en œuvre du chantier Royal du nouveau modèle de développement. Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette cérémonie, M. Akhannouch a indiqué que le nouveau cabinet sera, grâce à ses nouveaux profils, "un gouvernement d'actions et de résultats". L'Exécutif, qui est conscient des grandes attentes des citoyens, œuvrera à traiter les questions majeures qui s’imposent, a-t-il souligné. La formation du gouvernement intervient après des échéances électorales qui ont donné lieu à des résultats ayant consacré le processus démocratique au Maroc avec un taux de participation élevé, faisant ainsi de cette nouvelle équipe "l'alternative voulue par le citoyen", a-t-il ajouté.

Al Alam :

• Saisie par la Marine Royale de près de cinq tonnes de chira au large de Nado. Un garde-côtes de la Marine Royale, opérant en Méditerranée a avorté mardi très tôt le matin, une opération de trafic de stupéfiants en obligeant le moyen nautique rapide utilisé par les trafiquants à se débarrasser d'une quantité importante de chira en la jetant par dessus bord au large de Nador, apprend-on de source militaire. La cargaison repêchée d'environ 5 tonnes a été remise à la Gendarmerie Royale de Nador pour la procédure judiciaire en vigueur, précise-t-on de même source.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• L'initiative d’autonomie, une source d’espoir pour les générations qui méritent paix et prospérité. L’initiative marocaine d’autonomie représente une source d’espoir pour les générations futures qui méritent la chance de vivre dans la paix et la prospérité, a souligné, mercredi à New York, la pétitionnaire américaine Jonathan Huff. S’exprimant devant la 4è commission de l’Assemblée générale de l’ONU, Mme Huff, qui représente l’organisation "Security and Instructional Services", a plaidé en faveur d’une action “décisive et rapide” pour adopter le plan d’autonomie proposé par le Maroc afin de permettre aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf de retourner à la mère patrie. Elle a, par ailleurs, déploré la “situation désespérée” que subissent les populations séquestrées dans les camps de Tindouf il y a plus de 45 ans, relevant que ces personnes “sont utilisées et abusées pour obtenir des gains politiques et criminels”.

Al Massae :

• Classement GFCI: CFC en tête du podium des centres financiers africains. Casablanca Finance City (CFC) se maintient à la tête des centres financiers en Afrique, selon le dernier classement de Global Financial Centres Index (GFCI). CFC se positionne au 53ème rang à l'échelle internationale, devant les places financières sud-africaines du Cap (62ème) et de Johannesburg (64ème). Cet indice de référence des centres financiers internationaux classe CFC à la 4ème position au niveau de la région MENA, juste après les places financières de Dubaï (18è), Abu Dhabi (36è) et Tel Aviv (49è). Le GFCI permet d'établir un classement des places financières en fonction de leur compétitivité.

Bayane Al Yaoum :

• Maroc/Nigeria: l'ANRE et la NERC jettent les jalons d'un accord de coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité. L'Autorité Nationale de Régulation de l’Électricité (ANRE) et la Commission nigériane de la régulation de l'électricité (NERC) ont établi, mercredi à Rabat, les bases d'un accord de coopération dans le cadre de leurs missions de régulation du secteur électrique. Une délégation nigériane, emmenée par le sénateur Gabriel Torwua Suswam, président de la Commission de l'Énergie au sein du Parlement de la République Fédérale du Nigéria, s'est ainsi entretenue avec le Conseil de l'ANRE, présidé par Abdellatif Bardach, sur les modalités de cet accord de coopération visant à promouvoir l'échange et le transfert d'expériences entre les deux régulateurs. Cet échange s'est déroulé en présence du vice-président de la NERC, Musiliu O. Oseni et des membres commissaires de l'organe nigérian de régulation.

Rissalat Al Oumma :

• Le HCR interpelé une nouvelle fois sur la responsabilité pleine de l'Algérie dans la persistance des souffrances des populations de Tindouf. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a été interpellé une nouvelle fois, mercredi, sur la responsabilité pleine de l'Algérie dans la persistance du calvaire des populations de Tindouf et « leur séquestration depuis près d’un demi-siècle, pour des motifs politiques et inavoués ». Intervenant dans le cadre du débat général de la72ème Session du Comité Exécutif du Programme du HCR, la délégation marocaine a attiré l’attention sur « la situation inacceptable des populations des camps de Tindouf, en Algérie, où les conditions misérables et inhumaines s'aggravent, chaque jour, en conséquence directe de leur séquestration depuis près d’un demi-siècle, pour des motifs politiques et inavoués ». « Le régime algérien, qui est la principale partie au différend régional sur le Sahara, est le responsable du maintien des souffrances des populations des camps de Tindouf, en contradiction avec ses obligations au regard du droit international humanitaire », a fait observer Abdellah Boutadghart, représentant permanent adjoint à la mission du Maroc à Genève.

 

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX