Mercredi 24 Mai 2017

Zone euro: La croissance s'améliore, pas l'inflation, dit la BCE

Zone euro: La croissance s'améliore, pas l'inflation, dit la BCE

La croissance économique au sein de la zone euro s'améliore et la politique de la Banque centrale européenne (BCE) le reflétera mais l'inflation reste faible et doit montrer des signes convaincants de redressement pour que la stimulation monétaire soit retirée, ont dit mercredi deux influents responsables monétaires de la zone euro.

Avec l'accélération de la croissance au sein du bloc, la pression s'est accentuée sur la BCE de la part des pays les plus orthodoxes en matière monétaire comme l'Allemagne pour qu'elle renonce progressivement à sa politique ultra-accommodante de taux d'intérêt négatif et d'achats massifs d'actifs.

"Nous sommes pleinement conscients que la situation s'améliore, et je dirais même qu'il y a un point de vue unanime sur les développements économiques, et cela se reflétera bien sûr dans nos futures décisions", a déclaré le vice-président de la BCE, Vitor Constancio.

Les capacités inemployées sur le marché du travail restent importantes, la croissance des salaires est faible et la production demeurera inférieure à son potentiel au moins jusqu'à l'année prochaine, ce qui justifie d'être prudent, a-t-il toutefois ajouté.

La prochaine réunion du conseil des gouverneurs de la BCE consacrée à la politique monétaire se tiendra le 8 juin et les intervenants de marché s'attendent à ce qu'elle estime à cette occasion que les risques sur les perspectives de croissance sont désormais équilibrés.

Ils anticipent aussi que la question de la référence à l'orientation accommodante de la politique monétaire puisse être débattue à cette occasion.

L'économiste en chef de la BCE, Peter Praet, considéré comme Constancio comme favorable à une politique accommodante, a prévenu qu'un retrait trop rapide de la stimulation monétaire pourrait ralentir voire interrompre la remontée de l'inflation.

"Les pressions sur l'inflation sous-jacente ne donnent encore que des indications peu nombreuses d'une tendance à la hausse convaincante alors que les tensions sur les coûts domestiques, en particulier la croissance des salaires, demeurent limitées", a déclaré Peter Praet lors d'une intervention à Sofia.

"Dans l'ensemble et bien que nous constations certainement une reprise économique qui s'affirme, qui s'élargit et qui est plus résistante, nous devons encore réunir une base d'informations suffisamment large et solide pour renforcer la confiance dans l'idée que la trajectoire prévue d'inflation est robuste, durable et auto-entretenue", a-t-il ajouté.

La hausse des prix au sein de la zone euro est inférieure à l'objectif de la BCE d'une inflation proche de, mais inférieure à 2% depuis plusieurs années et la banque centrale ne s'attend pas à ce que ce but soit atteint avant 2019.

 

"Quand nous considérons l'histoire de la politique monétaire en Europe et ailleurs, je pense que nous devons être prudents sur un retrait prématuré de la stimulation, et le cas échéant, il est préférable de se tromper en allant dans l'autre direction", a dit Vitor Constancio.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 28 Juin 2022

La BCE ira "aussi loin" que nécessaire contre l'inflation

Vendredi 10 Juin 2022

La BCE va relever ses taux à partir de juillet

Mardi 24 Mai 2022

Zone Euro: la hausse des taux fait craindre une nouvelle crise de la dette

Vendredi 20 Mai 2022

Avec la hausse des taux, vers une nouvelle crise de la dette en zone euro ?

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required