×

Inscrivez-vous à notre newsletter


BlackRock enjoint les entreprises de muscler leurs objectifs "verts"

Mercredi 27 Janvier 2021 - PAR

BlackRock, au capital des plus grosses entreprises au monde, a appelé les grands patrons à réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 alors que le changement climatique devient une question prévalente pour les investisseurs.


Dans sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants des entreprises dans lesquelles il place de l'argent, Laurence Fink, le PDG de la société américaine de gestion d'actifs, leur demande de "publier un plan indiquant comment leur modèle économique sera compatible avec une économie à zéro émission nette", c'est-à-dire une économie qui n'émet pas plus de dioxyde de carbone qu'elle n'en retire de l'atmosphère d'ici à 2050.

Il avait déjà affirmé l'an dernier que la lutte contre le changement climatique était devenue une priorité.

Sa société a de l'influence: elle gère 8.677 milliards de dollars d'actifs pour le compte de fonds régissant les retraites de fonctionnaires et d'entreprises, de collectivités locales ou de riches fortunes. Et cet argent est investi dans les plus grandes entreprises au monde, d'Apple à Facebook en passant par ExxonMobil.

Mais sur l'environnement, elle est régulièrement accusée de ne pas mettre en oeuvre les bonnes intentions affichées. L'ONG Reclaim Finance a ainsi récemment dénoncé le fait que la société gère encore 85 milliards de dollars investis dans l'industrie du charbon.

BlackRock s'est bien engagé à ne plus placer d'argent dans les entreprises qui tirent plus de 25% de leurs revenus de la production de charbon thermique.

Mais ce critère ne s'applique qu'aux fonds sous gestion active, pas aux produits financiers suivant par exemple automatiquement les fluctuations des indices boursiers comme le Dow Jones.

Les investisseurs sont pourtant de plus en plus sensibles à la protection de la planète.

"En mars, l'idée reçue était que (la crise sanitaire) allait détourner l'attention de la question climatique. Or c'est exactement le contraire qui s'est produit et la réaffectation des capitaux s'est accélérée encore plus vite que je ne l'avais pensé", remarque M. Fink dans sa lettre.

Les sommes investies dans des produits financiers affirmant respecter des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ont bondi en 2020. Quant aux actions du fabricant de voitures électriques Tesla et du groupe énergétique misant sur le solaire et l'éolien NextEra Energy, elles ont fortement progressé l'an dernier.





Le nouveau président des Etats-Unis Joe Biden a fait de la lutte contre le changement climatique une de ses priorités, promettant par exemple d'investir massivement dans un réseau de stations de recharge pour véhicules électriques.

Le contrôleur de la ville de New York, Scott Stringer, a annoncé sur Twitter mardi que le fonds de pension de la métropole allait retirer 4 milliards de dollars investis dans des entreprises de combustibles fossiles.

Dans sa lettre, M. Fink rappelle "les conséquences physiques de plus en plus lourdes du changement climatique, qu'il s'agisse d'incendies, de sécheresses, d'inondations ou d'ouragans".

Certaines entreprises du secteur de l'énergie ont dû déprécier leurs actifs de plusieurs milliards de dollars en lien avec les questions climatiques tandis que les autorités s'inquiètent de plus en plus des risques climatiques pesant sur le système financier, relève également le dirigeant.

Le groupe promet d'adopter une approche plus musclée envers les entreprises dont il est actionnaire.

Il prévoit ainsi de suivre de plus près celles présentant "un risque climatique particulièrement important". En cas de progrès insuffisants, BlackRock pourrait voter contre les dirigeants ou retirer complètement son argent.

Pour le collectif BlackRock's Big Problem, qui regroupe plusieurs ONG faisant pression pour que les gestionnaires d'actifs prennent plus en compte l'environnement dans leurs politiques d'investissement, la lettre de M. Fink "continue à refléter des pas dans la bonne direction".

Toutefois, estime l'organisation, M. Fink ne va pas encore assez loin "pour faire face à l'ampleur et à l'urgence de la crise climatique".

"La rhétorique de BlackRock doit être appuyée par des actions concrètes, à commencer par la sortie de ses participations dans des entreprises produisant de combustibles fossiles et par le vote contre les conseils d'administration des entreprises à la traîne" dans l'année à venir, a notamment souligné Ben Cushing, représentant de l'association de protection de l'environnement Sierra Club.

Avec AFP.

 

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
Etats-Unis
Partage RéSEAUX SOCIAUX