Mercredi 09 Novembre 2022

Transformation digitale du secteur bancaire: Les grands chantiers de Bank Al-Maghrib

Transformation digitale du secteur bancaire: Les grands chantiers de Bank Al-Maghrib

Le secteur bancaire a été l’un des précurseurs en matière de Transformation digitale, a indiqué le Wali de Bank Al-Maghrib mercredi à Marrakech.

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib, intervenait lors de la séance inaugurale de la Conférence internationale sous le thème «Transformation digitale : entre régulation et compétitivité», organisée par le Conseil de la Concurrence ce 09 novembre 2022 à Marrakech.

A l’échelle internationale, la transformation digitale dans le domaine bancaire et financier appelle à une concertation entre les régulateurs et les autorités compétentes afin de pouvoir concilier entre les avantages que cette transformation présente et la maîtrise des risques qu’elle induit, a indiqué le Wali.

 Dans ce sens, le « Programme Fintech de Bali  mis au point par le FMI et la Banque mondiale en octobre 2018, vise à aider les pays membres à tirer parti des avantages et des possibilités des progrès rapides de la technologie financière tout en gérant les risques inhérents et édicte des recommandations pour le renforcement de la concurrence et l’engagement en faveur des marchés ouverts, libres et contestables.

Aussi, la technologie financière dans le secteur bancaire pourrait, selon le Comité de Bâle induire des transformations de différentes formes.

D’un côté, les banques établies pourraient continuer de dominer le secteur, proposant un meilleur service à leurs clients grâce aux avancées issues des innovations technologiques. D’un autre côté, ces acteurs historiques pourraient voir leur situation bouleversée par l’arrivée de nouveaux entrants plus agiles et plus prompts à adopter les innovations de technologie financière qui répondent aux besoins des clients.

 

Les scénarios disruptifs semblent improbables

Selon ce Comité, poursuit le Wali, les scénarios disruptifs semblent improbables. Les scénarios «

Morcellement du paysage bancaire » et « Meilleure banque » demeurent les plus susceptibles de se réaliser. Ils se caractérisent principalement par des banques établies qui adoptent le numérique et se modernisent afin de protéger leurs relations client et leurs services bancaires de base et l’émergence de nouvelles entreprises proposant des services de niche spécialisés, sans nécessairement concurrencer les acteurs historiques dans le contrôle de l’ensemble de la relation client.

Indépendamment du scénario, les nouveaux acteurs du marché renforcent la concurrence dans ce domaine en proposant des offres à des tarifs concurrentiels répondant aux besoins de la clientèle.

 

Promotion de la concurrence parmi les banques

En ce qui concerne la promotion de la concurrence dans le secteur bancaire, cet aspect est pris en compte par Bank Al-Maghrib dans le cadre de son rôle de régulateur et se reflète à travers l’application des mêmes règles à tous les acteurs, sans différenciation entre les statuts des actionnaires (public ou privé, marocain ou étranger) et l’ouverture du secteur bancaire à de nouveaux acteurs, en particulier, les banques participatives et les établissements de paiement et le lancement prochain de l’activité de financement collaboratif ou « crowdfunding », ce qui présente l’avantage de renforcer l’offre de produits et l’inclusion financière.

 

Bank Al-Maghrib a œuvré à la levée des barrières pour l’accès aux services bancaires à travers notamment l’adoption avec la profession bancaire de la gratuité d’une sélection des services bancaires usuels. Bank Al-Maghrib a également encadré la mobilité bancaire pour faciliter aux clients la décision de changer de banque.

 

Le renforcement de la transparence des services bancaires est également une préoccupation permanente. A ce niveau, la Banque a introduit des exigences ayant trait à l’affichage des conditions appliquées aux opérations bancaires, à latransmission des relevés bancaires à la clientèle, à la communication annuelle. du récapitulatif des commissions prélevées et à l’information des entreprises sur leurs demandes de crédit.

 

Cette transparence sera renforcée davantage par la mise en place par le secteur bancaire sous l’égide de Bank Al-Maghrib d’un comparateur des tarifs bancaires et dates de valeurs facilitant à la clientèle le choix de la banque qui répond le mieux à leurs besoins.

 

Bank Al-Maghrib a mis le digital au cœur de son dernier plan stratégique 2019-2023, a précisé le Wali. « Ceci concerne aussi bien la transformation de nos processus et activités internes, notamment à travers un travail de réingénierie et une exploitation avancée des données, que l’évolution de notre rôle en tant que régulateur dans la digitalisation des services financiers et l’émergence d’un écosystème Fintech ».

 

« En tant que régulateur, il nous appartient d’accompagner la transformation digitale du secteur bancaire, tout en veillant à identifier et répondre aux enjeux y afférents en termes de gestion des risques, de stabilité financière et de protection des consommateurs. Dans ce cadre, la Banque Centrale a entrepris plusieurs initiatives en collaboration avec ses partenaires. Elle a créé un « One Stop Shop Fintech » ayant pour mission d’accompagner les fintechs sur les aspects liés à la réglementation bancaire et un « Lab Innovation »

permettant d’expérimenter les solutions proposées par les fintechs en relation avec ses activités ».

 

Crypto-actifs : Le chantier est en cours…

Nous avons également engagé, dans le cadre d’une commission nationale regroupant l’ensemble des parties prenantes, le chantier de préparation de l’encadrement juridique des crypto-actifs et lancé la réflexion sur l’émission potentielle d'une Monnaie Digitale de Banque Centrale. Ces chantiers sont de nature à favoriser l’innovation et la concurrence au sein du marché.

 

Une nouvelle dynamique attendue avec l’OPEN Banking

Par ailleurs, une nouvelle dynamique de marché est attendue avec l’introduction prochaine de l’Open Banking qui constitue un puissant levier de l’innovation et de la recherche et développement dans le domaine bancaire.

Concernant les risques et particulièrement les cyber-risques qui sont exacerbés par la digitalisation, Bank Al-Maghrib a édicté deux directives régissant la réalisation des tests d’intrusion des systèmes d’information et le recours au Cloud public par les établissements de crédit et a renforcé la coopération avec la DGSSI pour une meilleure gestion de ces risques.

 

Enfin, la stratégie Data de Bank Al-Maghrib, lancée en 2021, a positionné l’amélioration de la gestion et la gouvernance de la donnée en tant qu’actif stratégique dans un dispositif global qui favorise la transparence sur les données et statistiques qu’elle produit, facilite l’accès à ces données au profit de son écosystème et stimule la compétitivité entre les différents acteurs à travers une exploitation efficiente de ces données.

 

BAM

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 06 Fevrier 2023

Bank Al-Maghrib achète 200 MDH de bons du Trésor sur le marché secondaire

Lundi 06 Fevrier 2023

Les facteurs qui plaident pour une poursuite du durcissement de la politique monétaire de BAM en 2023

Mardi 31 Janvier 2023

Ce qu’il faut retenir de l’évolution des crédits bancaires en 2022

Lundi 30 Janvier 2023

Marché obligataire: Bank Al-Maghrib achète pour 228 MDH de BDT sur le marché secondaire

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required