×

Inscrivez-vous à notre newsletter


[Entretien] Confinement : Place au paiement par cartes

Jeudi 07 Mai 2020 - PAR bourse news

La crainte de manipuler du cash ou de retirer de l’espèce au guichet a favorisé l’usage de la carte bancaire.

La demande en équipement des sites marchands en paiement en ligne par carte bancaire n’a jamais été aussi forte.

Dans cet entretien, Mikael Naciri, Directeur général du Centre monétique Interbancaire (CMI) nous apporte un éclairage détaillé sur les habitudes de paiement des Marocains en ces temps de crise et nous parle des perspectives de l'après-crise. 

 

Globalement, comment s'est porté l’activité monétique nationale au terme du premier trimestre 2020 ?

 

Mikael Naciri : Le début d’année a été très encourageant. Nous avons enregistré une croissance des volumes de plus de 20% en janvier et février.

Dès l’annonce du confinement, de très nombreux commerces auprès desquels les Marocains et les touristes effectuent leurs paiements par carte ont fermé ( restaurants, fast food, boutiques de prêt à porter, …). Nous dénombrons à fin avril, 2/3 de commerces affiliés inactifs.

L’impact de la crise sanitaire sur le premier trimestre est principalement dû à l’arrêt total de l’activité touristique à partir du 18 mars, l’activité des cartes marocaines, elle, reste en léger progrès de 4% en volume et 8,5% en nombre de transactions sur les 4 premiers mois de 2020.

Taux de croissance des paiements par cartes bancaires 2020/2019

 

Ce qui a été marquant également, c’est le rush des premiers jours de confinement sur les grandes surfaces et supérettes ( effet stockage ) , où nous avons enregistré des croissances de plus de 50%. Nos volumes ont progressé fortement avant de chuter en semaine 12 et 13 de l’année.

 

Evolution hebdomadaire du CA des cartes locales 

Ce que l’on constate de manière très nette, c’est d’abord l’augmentation du panier moyen auprès de la grande distribution, les supermarchés, superettes et épiciers (on fait des courses pour plus longtemps pour éviter de se rendre trop souvent chez les commerçants).
 

 

 

"L’impact de la crise sanitaire sur le premier trimestre est principalement dû à l’arrêt total de l’activité touristique à partir du 18 mars"

 

Constatez-vous une progression de l'usage de la carte bancaire pour les paiements auprès des commerçants et des eMarchands en ces temps de confinement (au détriment du cash)? 

 

M.N : La demande en équipement des sites marchands en paiement en ligne par carte bancaire n’a jamais été aussi forteLa crainte de manipuler du cash ou de retirer de l’espèce au guichet a effectivement favorisé l’usage de la carte bancaire. Ce constat est très important dans la grande distribution, dans les supérettes, mais aussi au niveau des pharmacies et des stations service. Les porteurs préfèrent payer par carte pour éviter GAB et échange de billets ou pièces de monnaies, les commerçants ont également adopté et promu le paiement par carte, un geste barrière pour se protéger et protéger leurs employés.

 

Les équipes CMI sont en première ligne pour équiper les commerçants encore en activité en Terminaux de paiement et en consommables. Depuis le confinement, nous avons été fortement sollicités par les supérettes, épiceries, pâtisseries qui n’étaient pas encore adeptes du paiement par carte et qui ont fini par franchir le pas.

 

Un phénomène également remarquable depuis le confinement  a été la livraison à domicile de repas, courses diverses, …avec paiement par carte sur terminaux mobiles. Il y a eu une adaptation rapide des commerçants à cette situation, de nouveaux process de distribution ont été mis en place depuis la prise de commande à la livraison. Il faut saluer cette formidable capacité d’adaptation de notre tissus de commerces de proximité.

 

En ce qui concerne le paiement en ligne sur les sites marchands,  l’effet pandémie et confinement est très marqué. En effet, les ventes en lignes alimentaires sont en très forte croissance ( GMS, Traiteurs, pâtisseries , fruits et légumes, …), les articles de soins et de parapharmacie , les achats d’articles de sport ( étonnant ), mais aussi de mobilier et de décoration intérieure. Le paiement des frais de scolarité en ligne est également en progrès.

 

La demande en équipement des sites marchands en paiement en ligne par carte bancaire n’a jamais été aussi forte et nombre d’enseignes de prêt à porter dont les points de vente physique sont fermé , ont lancé la vente en ligne et connaissent un certains engouement de la part des consommateurs.

 

Nos solutions paybymail ont connu également un très fort succès .Elles ont été destinées aux marchands n’ayant pas forcément de site internet mais qui sont actifs sur les réseaux sociaux .Paybymail permet d’encaisser en ligne de manière sécurisée en envoyant un lien de paiement par mail, SMS ou WhatsAapp.

 

Autre utilisation massive du paiement en ligne : les factures d’eau d'électricité  telecom ainsi que les recharges, qui enregistrent une croissance de 55%. A contrario, nous n’avons plus de transaction pour le transport aérien ou ferroviaires qui représentaient plus de  20 % de notre activité en ligne. Idem pour les réservations d’hôtels en ligne.

 

"Il faut saluer cette formidable capacité d’adaptation de notre tissus de commerces de proximité"

 

 Qu'en est-il du paiement sans contact recommandé par l'OMS?

 

M.N : C’est clairement le mode de paiement plébiscité par les porteurs de cartes. Il représente en effet un geste barrière notamment pour les petits paiements répétitifs, et l’OMS le recommande pour limiter la propagation du virus et pour protéger aussi les caissiers et commerçants. L’usage du sans contact est très prisé au niveau de la grande distribution, des pharmacies et des boucheries .

 

Les paiements sans contact ont atteint fin avril près de 10% des transactions auprès des GMS, supérettes, épicerie . Globalement, tous secteur confondus, le taux de transactions sans contact est de 5,7%.

  

Comment évoluent les opérations de retrait d’espèces sur le réseau des GAB? sont-elles en baisse en ces temps de confinement?

 

M.N : Ce que l’on constate c’est un ralentissement des retraits en mars en terme de nombre, mais le montant moyen du retrait est en progression. On retire moins souvent mais plus d’argent depuis le confinement.

 

Est-ce que vous pensez que ces changements d'expérience d'achat du consommateur marocain devraient se pérenniser après le confinement?

 

M.N : Les paiements sans contact , les achats en ligne continueront de progresser après le déconfinement qui sera certainement graduel . Beaucoup d’enseignes physiques développeront également la vente en ligne à l’instar de la grande distribution. La vente à emporter (drive) est aussi une des évolutions attendues et sera un des carburants du redémarrage. 

 

Nous escomptons une reprise timide au fur et à mesure de la réouverture des commerces au courant du mois de juin,  et un retour progressif à la normale à partir de septembre.

 

Mais il faudra attendre l’ouverture des frontières et le retour progressif des touristes, pour les fêtes de fin d’année ou début 2021 pour voir l’activité des paiement reprendre des couleurs .

 

D’ici là, les équipes CMI restent mobilisées et en capacité d’accompagner nos client commerçants avec les solutions d’encaissement les plus adaptées à leur situation.

Propos recueillis par Y. Seddik

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
CMI
Partage RéSEAUX SOCIAUX